Politique

Mauritanie : Ould Abdelaziz a présidé la fête de l’indépendance à Nouakchott

| Par
Mohamed Ould Abdelaziz lors de la fête de l’indépendance, à Nouakchott, le 28 novembre.

Mohamed Ould Abdelaziz lors de la fête de l'indépendance, à Nouakchott, le 28 novembre. © Justine Spiegel/J.A.

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a présidé la 52e Fête de l’indépendance, mercredi 28 novembre, à Nouakchott. La première grande apparition publique du chef de l’État depuis son retour le 24 novembre.

À Nouakchott, où des dizaines de drapeaux verts et jaunes flottent au vent, il régnait un calme inhabituel, ce 28 novembre, jour férié en Mauritanie. Le pays célébrait sa 52e fête de l’indépendance. Sauf que cette année, la commémoration était un peu particulière : le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a fait à cette occasion sa première apparition publique depuis son retour au pays, le 24 novembre.

Officiellement blessé par balle suite à une méprise d’un jeune lieutenant de l’armée de l’air, « Aziz » était resté plus de cinq semaines en convalescence en France. De 9 heures (locales) à 9 heures 20, il a présidé, dans la Cour du Palais présidentiel, à la traditionnelle cérémonie de levée des couleurs. Costume bleu foncé et verres fumés, le président a, d’un pas énergique, d’abord salué les officiers supérieurs avant de passer en revue les différentes unités des forces armées de sécurité, aux côtés du chef de l’état-major de l’armée, Mohamed Ould Ghazouani.

Le président mauritanien, le 28 novembre, à Nouakchott.

© Justine Spiegel/J.A.

Décorations

Il a ensuite salué les membres du gouvernement, ceux des institutions constitutionnelles, des partis politiques, des syndicats et du patronat, ainsi que ceux de la société civile et du corps diplomatique. Il a enfin serré la main du président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, ainsi que celle du Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Après la levée du drapeau national, treize personnes – civils et militaires dont quatre femmes – ont été décorées par le président.

C’est mardi soir, à 20 heures, que Mohamed Ould Abdelaziz a prononcé son traditionnel discours de la fête de l’indépendance, à la télévision nationale. Une allocution très semblable aux précédentes, dans laquelle il a, comme a son habitude, présenté son bilan. Seule nouveauté, l’annonce d’une augmentation des salaires des fonctionnaires et agents de l’État à partir du premier janvier 2013, à hauteur de 30% pour les bas salaires et de 10% pour les autres tranches. Très actif depuis son retour, Aziz n’a délégué aucun de ses pouvoirs.

________

Par Justine Spiegel, envoyée spéciale à Nouakchott (@JustineSpiegel)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte