Politique

Intervention au Mali : la France et les États africains veulent aller vite, Washington doute

| Par
Des combattants d’un groupe islamiste près de Gao, dans le nord du Mali, le 21 septembre 2012.

Des combattants d'un groupe islamiste près de Gao, dans le nord du Mali, le 21 septembre 2012. © AFP

Paris et les États africains veulent obtenir rapidement le feu vert de l’ONU pour mener une intervention militaire internationale dans le nord du Mali. De leur côté, les Américains sont plus sceptiques et doutent de la capacité de Bamako et de ses voisins à mener à bien l’opération.

Contrairement à Paris et aux États africains, Washington ne semble pas vouloir se presser sur le dossier malien. « Les États-Unis ne sont pas satisfaits des préparatifs de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) pour cette mission, ils n’ont pas confiance dans la capacité des troupes africaines et de l’armée malienne à faire le travail », a expliqué un diplomate occidental.

Washington, explique-t-il, « voudrait deux missions différentes : une pour soutenir l’armée malienne et faciliter le dialogue politique, et une autre pour combattre les groupes terroristes » comme Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui ont pris le contrôle du nord du Mali.

Bamako et la Cedeao ont soumis à l’ONU des plans pour une force internationale de 3 300 hommes et demandent au Conseil de sécurité d’autoriser rapidement son déploiement. Le Conseil doit se prononcer sur la base d’une résolution préparée par la France, qui espère son adoption avant Noël.

Pour le secrétaire d’État américain adjoint aux affaires africaines Johnnie Carson, qui témoignait mercredi devant une commission du Sénat, les plans de la Cedeao « ne répondent pas à plusieurs question essentielles », dont les « capacités des forces maliennes et internationales de réaliser les objectifs de la mission » et son financement.

Automne 2013

Lors de consultations à huis clos mercredi au Conseil de sécurité, la France et les pays africains, notamment l’Afrique du Sud, ont plaidé pour une adoption rapide de la résolution.

Le texte, qui doit être soumis par Paris à ses 14 partenaires en début de semaine prochaine, autorisera l’envoi à Bamako de la force militaire, baptisée Mission internationale de soutien au Mali (Misma).

Des instructeurs européens s’efforceront de rebâtir l’armée malienne, actuellement en piteux état, en prévision d’une reconquête du nord. Celle-ci ne pourra pas commencer avant l’automne 2013, selon le patron des opérations de maintien de la paix Hervé Ladsous.

Parallèlement, la résolution appellera à un dialogue national à Bamako et à une réconciliation entre le gouvernement malien et les touaregs sécessionnistes du Nord.

Washington traite cette crise comme « un problème de terrorisme », déplore un diplomate qui souligne cependant que tout le monde s’accorde sur la menace que font peser des groupes comme Aqmi au Nord-Mali.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a de son côté publié un rapport soulignant les risques de l’opération, notamment en termes de violations des droits de l’homme.

« Poker »

Dans ces conditions, les tractations autour de la résolution risquent d’être ardues même si, souligne un diplomate occidental, il n’y a « pas d’objection fondamentale à l’approche française, en dehors des États-Unis ».

Au final, affirme un autre diplomate, « il y aura une résolution autorisant la force mais ça va être compliqué ». « C’est un jeu de poker, les Américains ne vont pas mettre leur veto », ajoute-t-il.

Les autres Européens du Conseil, Royaume-uni et Allemagne, sont en faveur de l’autorisation. Russie et Chine ne devraient pas s’y opposer.

Des questions se posent cependant sur le passage de la phase d’entraînement à la reconquête du Nord, ou sur le financement d’une opération qui devrait coûter au moins 200 millions d’euros. Paris a demandé au secrétariat général de l’ONU d’estimer une éventuelle aide logistique de l’ONU à l’opération, qui serait aussi financée par l’Union européenne, les États-Unis et la France.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte