BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : Ciprel récolte 200 millions d’euros

Avec cette extension, la centrale électrique deviendra la plus grande de Côte d'Ivoire et l'une des plus importantes de la sous-région ouest-africaine. DR ©

Le producteur d'électricité Ciprel a complété la dernière tranche du financement de sa centrale thermique. D'un montant de 200 millions d'euros, cette opération lui permettra d'accroître sa capacité de production de 111 mégawatts.

La Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel) a bouclé le financement de la phase B de son quatrième projet d’expansion. L’opération, d’un montant de 200 millions d’euros, a été finalisée le 13 août 2013 à Paris en présence des autorités ivoiriennes et des bailleurs de fonds. La Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque mondiale et coordinateur de l’opération, a contribué à hauteur de 100 millions d’euros. Proparco (filiale de l’Agence française de développement) et le Fonds africain de développement (FAfD), filiale de la Banque africaine de développement, apportent chacun 50 millions d’euros.

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : la Banque mondiale va financer Ciprel
Côte d’Ivoire : l’israélien FK Generators développera une centrale près d’Abidjan
Côte d’Ivoire : 345 millions de dollars pour Azito

Ciprel 4

Ces contributions portent à 320 millions d’euros les fonds levés par le producteur d’électricité ivoirien, filiale de Finagestion, une société contrôlée par le capital-investisseur panafricain ECP, pour la réalisation du programme Ciprel 4. Ce programme vise à accroître de 222 mégawatts (MW) la capacité totale de production de la centrale.

La première phase du projet, entamée en novembre 2012 et prévue pour s’achever en octobre 2013, comprend l’installation d’une turbine à gaz d’une puissance de 111 MW. Le nouveau financement est destiné à la phase B qui prévoit la transformation de deux turbines à gaz en turbines à cycle combiné (gaz et vapeur). Cela doit augmenter la capacité installée de 111 nouveaux MW et permettre à Ciprel de générer une quantité additionnelle de 800GWh/par an « sans consommation de gaz supplémentaire ni émissions de gaz à effet de serre », précise l’IFC dans un communiqué.

La Côte d’Ivoire veut fournir la sous-région

Menées à leur terme, les deux phases de ce projet feront passer la capacité de production brute de Ciprel de 321 MW actuellement à 432 MW en décembre 2013 puis à 543 MW d’ici à la fin 2015, soit une hausse de 69% en trois ans. Avec cette extension, la centrale électrique deviendra la plus grande de Côte d’Ivoire et l’une des plus importantes de la sous-région ouest-africaine.

Avec les extensions de Ciprel et d’Azito ainsi que la construction du barrage hydroélectrique de Soubré et d’une nouvelle centrale électrique à Abatta, la Côte d’Ivoire ambitionne de devenir un exportateur majeur d’électricité en Afrique occidentale.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte