Politique

Vidéo : le chef de Boko Haram affirme détenir la famille française enlevée au Cameroun

La vidéo a été diffusée par la chaîne de télévision française I Télé.

La vidéo a été diffusée par la chaîne de télévision française I Télé. © Capture d'écran/I Télé

Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a affirmé, dans un message vidéo, détenir la famille française Moulin-Fournier enlevée mi-février dans le nord du Cameroun. Pour lui, la force ne peut servir à les libérer.

Dans un court message vidéo transmis à différents médias, Abubakar Shekau, le chef de la secte islamiste nigériane Boko Haram, déclare détenir la famille française kidnappée le 19 février dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria.

« Nous sommes fiers d’affirmer que nous retenons les sept otages français », affirme-t-il, le visage découvert et le fusil d’assaut à la main, sur la droite de l’écran. À gauche s’affiche une photo floutée des sept membres de la famille, dont quatre enfants, âgés de 5 à 12 ans. L’enregistrement audio de cette vidéo avait déjà été diffusé lundi.

Abubakar Shekau, qui était déjà apparu dans de précédentes vidéos de Boko Haram, est vêtu d’un treillis, porte une cartouchière autour du buste et a le front ceint d’un keffieh. « Nous affirmons au monde que nous ne libérerons pas les otages français tant que les membres de nos familles sont emprisonnées au Nigeria et au Cameroun, déclare le ravisseur. La force ne servira pas à les libérer, nous sommes prêts à nous défendre avec force ». D’après lui, les otages français sont retenus parce que « les autorités nigérianes et camerounaises ont arrêté des membres de nos familles, qu’ils les brutalisent et que nous ne savons rien de leurs conditions d’emprisonnement ».

« Nous ne voulons pas d’argent, mais la libération de nos frères », affirme-t-il encore.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Première prise d’otages étrangers

Les islamistes nigérians de Boko Haram avaient diffusé, le 18 mars, un enregistrement sonore du chef de la famille française enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun, dans lequel il appelle la France et le Cameroun à tout mettre en oeuvre pour leur libération.

Boko Haram est par ailleurs tenu pour responsable de la mort de centaines de personnes dans le nord et le centre du Nigeria. L’organisation islamiste  n’avait cependant jamais revendiqué d’enlèvement d’étrangers auparavant. Ce groupe, dont les revendications ont changé plusieurs fois par le passé, est composé de plusieurs factions aux intérêts divergents.

Les violences liées au groupe et à la répression par les forces de l’ordre ont fait au moins 3 000 morts depuis 2009. La famille Moulin-Fournier, dont le père, Tanguy, est un salarié de GDF-Suez expatrié à Yaoundé depuis un an et demi, a été enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun, sur une route longeant la frontière avec le Nigeria. Le 25 février, des individus se réclamant de Boko Haram avaient diffusé une vidéo sur Youtube les montrant.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte