Politique

Rwanda – RDC : Bosco Ntaganda est en route pour la CPI

Bosco Ntaganda, à Goma, en décembre 2009.

Bosco Ntaganda, à Goma, en décembre 2009. © Reuters

Vendredi 22 mars vers 14 heures locales, l’ancien chef rebelle et ex-général de l’armée congolaise Bosco Ntaganda a décollé de l’aéroport de Kigali. Direction : La Haye, aux Pays-Bas, où il doit comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI) mardi 26 mars.

Mis à jour à 18H49.

Le séjour de Bosco Ntaganda à l’ambassade des États-Unis à Kigali n’aura duré que quatre jours. Vendredi vers 14 heures locales (13h à Paris) l’homme que la Cour pénale internationale (CPI) recherchait depuis sept ans a quitté l’aéroport de Kigali dans un vol en direction de La Haye, aux Pays-Bas.

« Bosco Ntaganda vient juste de décoller de Kigali sous la garde des d’officiels de la CPI suite à la coopération des gouvernements rwandais, américains et néerlandais », a indiqué la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, sur son compte Twitter.

« Bosco Ntaganda […] s’est rendu volontairement à la Cour, a confirmé la CPI dans un communiqué peu après. Il est actuellement en détention et accompagné par une délégation de la CPI qui a quitté Kigali (Rwanda) vers le quartier pénitentiaire de la CPI à La Haye (Pays-Bas) ».

"Première fois qu’un suspect se rend"

« La première comparution de Bosco Ntaganda devant la Chambre préliminaire II de la CPI aura lieu le mardi 26 mars 2013, à 11h00" (heure locale de La Haye), a indiqué la Cour dans un communiqué publié en fin d’après-midi. Le suspect sera informé des charges portées à son encontre. Les juges fixeront également une date pour l’ouverture de l’audience de confirmation des charges ».

« C’est la première fois qu’un suspect se rend de façon volontaire pour être détenu à la CPI, a encore remarqué la juridiction de La Haye. La Cour est reconnaissante pour le soutien et la coopération des autorités néerlandaises et américaines, que ce soit à Kigali (Rwanda) ou au Pays-Bas. Cette opération n’aurait pas été possible sans le soutien des autorités du Rwanda ».

Bosco Ntaganda avait quitté l’ambassade des États-Unis un peu plus tôt dans la journée (menotté selon des témoignages) avant d’être conduit à l’aéroport. Là, un avion, spécialement affrété pour l’occasion, selon plusieurs sources, l’attendait pour le conduire à La Haye.

Défaite

Soupçonné de nombreux crimes de guerre dans l’est de la RDC, celui qu’on surnomme parfois « Terminator » s’était livré à l’ambassade américaine de Kigali, lundi 18 mars à 7h30 du matin. Il avait demandé lui-même à être livré à la CPI, selon Washington.

Une défaite militaire de ses derniers fidèles, le 15 mars, dans l’est de la RDC, face à la branche du Mouvement du 23 mars (M23) menée par Sultani Makenga, avait semble-t-il précipité sa reddition. Mais la manière dont il est entré au Rwanda et s’est retrouvé devant l’ambassade américaine demeure, pour l’instant, entourée de mystère.

________

Par Pierre Boisselet

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte