Politique

In Amenas : les deux preneurs d’otages canadiens identifiés

37 otages étrangers et un otage algérien ont été tués lors de l'attaque d'In Amenas. © AFP

La chaîne de télévision publique canadienne CBC News a identifié, lundi 1er avril, les deux Canadiens tués figurant parmi les jihadistes ayant attaqué le site gazier algérien d'In Amenas en janvier. Il s'agit de deux amis, anciens lycéens de l'Ontario, âgés de près de 24 ans.

Les deux membres canadiens du commando jihadiste qui a attaqué le site gazier d’In Amenas, dans le sud-est de l’Algérie, en janvier, ont été identifiés par des journalistes de la chaîne de télévision publique canadienne CBC News. D’après leur enquête, il s’agit de deux camarades d’un lycée de London, en Ontario, âgés de près de 24 ans.

L’un d’entre eux, Xristos Katsiroubas, venait d’une famille grecque orthodoxe et se serait converti à l’islam. L’autre a été identifié seulement comme Ali Medlej. Tous deux vivaient dans un quartier résidentiel de la ville de London, habité par la classe moyenne aux origines ethniques variées. Les journalistes de CBC News citent des sources non identifiées, selon lesquelles il serait probable que Katsiroubas et Medlej se sont fait sauter intentionnellement dans la grande explosion qui avait tué les dix derniers otages à In Amenas.

Toujours selon ces sources de la CBC, au moins deux autres anciens camarades d’école de Katsiroubas et Medlej seraient partis à l’étranger avec eux l’année dernière. Il n’est pas établi si ces derniers étaient impliqués dans l’attaque du site gazier d’In Anemas et on ignore s’ils sont toujours en vie.

Un preneur d’otage "blond"

La police canadienne avait confirmé le 23 mars dernier qu’il y avait bien deux Canadiens parmi les membres du commando tués, sans donner plus de précisions.

Citant des sources policières, la CBC a précisé que Katsiroubas serait probablement le membre du commando décrit par les otages survivants comme un « blond parlant couramment l’anglais nord-américain ». La chaîne de télévision a interrogé les services de renseignements canadiens CSIS, mais ceux-ci se sont refusés à toute déclaration.

Elle a toutefois appris que ces derniers s’étaient déjà intéressés aux deux jeunes en 2007 et avaient interrogé leurs proches, l’un de ces derniers ayant signalé à la police qu’ils fréquentaient des « types bizarres ». Cependant, ils n’étaient plus surveillés par le CSIS lors de leur départ pour l’étranger.

37 otages étrangers tués

D’après leurs anciens camarades, contactés par la CBC, ils ont quitté leur lycée en 2007, Medlej ayant terminé ses études secondaires, Katsiroubas les ayant abandonnées. Katsiroubas se serait converti à l’islam, à une date non précisée, tandis que Medlej se serait marié vers 2009.

Près de deux mois après l’attaque d’In Amenas, des agents du CSIS ont à nouveau interrogé les proches des deux jeunes gens à leur propos, mais sans révéler pourquoi ils le faisaient, ni indiquer qu’ils étaient morts.

Lors de l’attaque du 16 janvier, des centaines d’employés du site gazier d’In Amenas avaient été pris en otages par un commando jihadiste, en réaction à l’opération des forces françaises contre des rebelles islamistes au Mali. Les forces spéciales algériennes avaient donné l’assaut final au bout de quatre jours. Entre la prise d’otages et cet assaut, au moins 37 otages étrangers et un otage algérien ont été tués, de même que 29 assaillants.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte