Politique

Mali : la France favorable à un relais de l’ONU dès le 1er juillet

La France a proposé, lundi 15 avril, au Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter une résolution autorisant le déploiement au Mali d’une Mission de maintien de la paix au 1er juillet prochain. Ce calendrier pourrait être revu si les conditions de sécurité sur le terrain ne sont pas jugées satisfaisantes.

Mis à jour le 16 avril 2013 à 11:11

Des soldats français à Gao, le 13 avril 2013. © AFP

Comme attendu, la France a proposé lundi à ses partenaires du Conseil de sécurité de l’Organisation des nations unies (ONU) d’adopter une résolution autorisant le déploiement d’une mission de maintien de la paix au Mali dès le 1er juillet prochain.

La Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) comprendra au maximum 11 200 soldats, « dont des bataillons de réserve capables de se déployer rapidement », et 1 440 policiers. Elle prendra à cette date le relais de la Misma (force panafricaine) « pour une période initiale de douze mois ».

Le projet de résolution, dont l’AFP a obtenu copie, autorise aussi « les troupes françaises (…) à intervenir en soutien à des éléments de la Mission en cas de danger grave et imminent les menaçant et à la demande du secrétaire général » de l’ONU Ban Ki-moon. Le gouvernement français a en effet indiqué qu’il allait maintenir au Mali, de manière permanente, une « force d’appui » d’un millier de soldats chargée de lutter contre les groupes islamistes armés. L’armée française dispose aussi de bases arrières dans la région, notamment au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Tchad.

La résolution fixe certains critères, liés à la sécurité dans la zone d’opération des Casques bleus, pour autoriser le déploiement effectif de la Mission. Parmi ces critères figurent « la fin des principales opérations de combat par les forces armées internationales » ainsi qu’une « nette réduction de la capacité des forces terroristes de constituer une menace importante ». Si le Conseil de sécurité détermine que ces conditions ne sont pas remplies, le calendrier de déploiement sera revu, souligne le projet de résolution qui, selon des diplomates, devrait être adopté fin avril.

Élections présidentielle et législatives

La mission de l’ONU n’aura pas pour objectif la lutte antiterroriste mais devra contribuer à « stabiliser les centres urbains, particulièrement dans le nord du Mali » et à « empêcher un retour d’éléments armés dans ces zones ». Les Casques bleus de la Minusma seront pris autant que possible sur les effectifs de la Misma, qui compte aujourd’hui plus de 6 000 hommes, dont plus de 2 000 Tchadiens.

Les forces françaises, entrées en action en janvier dernier contre les islamistes armés qui contrôlaient le nord du Mali, s’élèvent à un peu moins de 4 000 hommes. Cet effectif devrait passer à moins de 2 000 dans le courant de l’été puis à un millier à la fin de l’année. Les Casques bleus devront aussi aider les autorités maliennes à instaurer « un dialogue politique national » et à organiser des élections présidentielle et législatives « libres, équitables et transparentes », protéger les civils et enquêter sur toute violation des droits de l’homme.

Selon des diplomates, ce texte a été négocié entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (France, États-Unis, Royaume Uni, Russie, Chine) avant d’être proposé aux autres membres du Conseil. Une première discussion entre experts des quinze pays membres est prévue mardi, suivie par des négociations entre ambassadeurs des quinze, avec pour objectif une adoption à la fin du mois. Entretemps, les États-Unis devront demander un feu vert au Congrès, ce qui ralentit la procédure. « La France souhaite un vote avant la fin du mois et cela semble possible », a indiqué un diplomate du Conseil.

(Avec AFP)