Politique

Madagascar : un patron français kidnappé… par erreur

François Raphaël vivait à Madagascar depuis 10 mois. © AFP

Ils voulaient enlever le PDG d'Henri Fraise, une société de location-vente d'engins de chantiers, et ont par erreur kidnappé, le 15 avril, son directeur général. Les ravisseurs se sont excusés auprès de la femme de l’otage, un ressortissant français à Madagascar, mais ils réclament tout de même une rançon.

Un Français, directeur général d’une grosse entreprise a été enlevé lundi par erreur à Madagascar, ses ravisseurs visant en fait le PDG de la société. Ceux-ci se sont excusés auprès de son épouse, mais ils réclament néanmoins une rançon d’environ 240 000 euros, selon la police.

François Raphaël « a été kidnappé à bord de son véhicule, lundi soir [15 avril], par quatre hommes armés d’une kalachnikov et d’un pistolet automatique, ils demandent maintenant 3,5 milliards de francs malgaches (environ 240 000 euros), mais il n’y a pas encore eu de paiement », a déclaré à l’AFP le chef de la brigade criminelle d’Antananarivo, le commissaire Fidy Andriamandry.

Alors qu’il était arrivé à 200 mètres de sa résidence à Ilafy, dans le nord d’Antananarivo, le 15 avril vers 19h30, quatre hommes armés et cagoulés ont cassé la vitre de son 4X4 et ordonné à son chauffeur de s’accroupir à l’arrière. Ils ont ensuite pris le volant. PArvenus à 5 ou 6 kilomètres du lieu de l’enlèvement, ils ont alors abandonné le chauffeur, le véhicule et sa clef et ont emmené François Raphaël vers Analamahitsy, un autre quartier du nord de la capitale, selon les déclarations du chauffeur à la police.

Père de trois enfants

Le Français, âgé de 39 ans, est marié et père de trois enfants. Selon la police, il réside depuis dix mois à Madagascar , où il est directeur général de l’entreprise de location-vente d’engins de chantiers Henri Fraise.

Dès le lendemain, les ravisseurs ont contacté son épouse et lui ont présenté des excuses, affirmant qu’ils s’étaient trompés de cible et qu’ils cherchaient en fait le PDG du groupe, qui se trouve actuellement à New-York. Ils ont garanti qu’ils ne feraient pas de mal à leur otage.

En dépit de cette erreur, les ravisseurs ont réclamé une rançon de 300 000 euros, avant d’en diminuer le montant à 240 000 euros le 16 avril, après des négociations téléphoniques avec la famille, selon le chef de la brigade criminelle.

Multiplication des enlèvements

« Nous sommes sur une ou deux pistes sérieuses », a déclaré le chef de la brigade criminelle, refusant d’en dire plus. Mais la police scientifique n’a pas trouvé d’empreintes dans la voiture.

Les kidnappings se sont multipliés ces derniers mois à Madagascar où l’insécurité s’est aggravée depuis le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009. Mais c’est la première fois qu’un Français est victime d’un rapt. Ce phénomène touchait surtout jusqu’à présent des ressortissants indiens et des grands opérateurs économiques.

(AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte