Politique

Soudan : un Casque bleu de la force de paix tué au Darfour

Des Casques bleus de la Minuad à Kutum, le 9 août 2012. © AFP

Un Casque bleu nigérian de la mission de paix conjointe Union africaine-ONU au Darfour (Minuad) a été tué, le 19 avril, par balle dans une attaque contre une base de l'organisation dans une région de l'ouest du Soudan en proie aux violences, selon la Minuad.

« Un soldat de la Minuad a été tué et deux autres blessés dans une attaque menée par des inconnus sur la base proche de Muhagiriya », au Darfour-Sud, a déclaré, le 19 avril, la porte-parole de l’organisation Aicha Elbasri dans un communiqué, sans préciser la nationalité des blessés. « La Minuad enquête sur cet incident et travaille en coordination avec le gouvernement soudanais pour s’assurer que les auteurs (de l’attaque) passent en justice », a ajouté Mme Elbasri.

Ban Ki-moon, de son côté, a appelé dans un communiqué « les autorités à poursuivre immédiatement en justice les responsables » de l’attaque. Le secrétaire général de l’ONU s’est également dit « très préoccupé par les restrictions imposées à la Minuad et aux travailleurs humanitaires par les autorités soudanaises qui empêchent la livraison d’aide aux civils » affectés par de récents combats entre forces gouvernementales et rebelles dans cette zone. Il a appelé les autorités à permettre immédiatement un accès libre et total aux civils qui ont besoin d’aide.

Armée de libération du Soudan

L’armée soudanaise a annoncé avoir pris mercredi le contrôle de Muhagiriya et celui de la localité voisine de Labado la veille, mettant fin à dix jours d’occupation par les rebelles de la faction de l’Armée de libération du Soudan (ALS) de Minni Minnawi. Ces deux localités sont stratégiques car situées le long des principales routes utilisées par les commerçants et les organisations d’aide humanitaire se déplaçant depuis Khartoum jusqu’au Darfour-Sud, en passant par le Darfour-Est, selon l’ONU.

Les rebelles ont affirmé avoir battu en retraite devant le déploiement important des troupes régulières. « Oui, nous nous sommes retirés de Muhagiriya et Labado », a déclaré le porte-parole rebelle Abdallah Moursal. Il a précisé que le gouvernement avait dépêché d’ « immenses » convois de soldats, à partir de l’est et de l’ouest, et qu’ils étaient appuyés par des raids de l’aviation.

Quelque 40 000 personnes ont été déplacées par les combats dans les secteurs de Muhagiriya et Labado, a indiqué vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha). « Selon des informations d’agences (de l’ONU) dans la zone, toute la population de Muhagiriya pourrait avoir fui la ville », indique-t-il, ajoutant que la plupart des déplacés avaient trouvé refuge près des bases de la Minuad.

Selon l’Ocha, le gouvernement, citant des raisons de sécurité, n’a pas autorisé les agences humanitaires à se rendre dans cette zone.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte