Société

France – Cameroun : Paul Biya devenu « swag »

Le vieux lion camerounais savoure les compliments de la France, après la libération des sept membres de la famille Moulin-Fournier, enlevés, le 19 février dernier, dans un parc naturel du nord du Cameroun.

Par
Mis à jour le 22 avril 2013 à 12:57

L’oeil de Glez. © Glez

Les négociations avec les ravisseurs de la secte Boko Haram auraient été menées par un Camerounais mystérieux proche du président Paul Biya. Le nom de cet expert en négociations sensibles n’ayant pas été divulgué, le chef de l’État a tout loisir de se couronner des lauriers qu’on lui tresse. Succès diplomatique pour le discret président à qui les autorités françaises devraient cesser de rappeler les « atteintes aux droits de l’homme » dénoncées par Amnesty international. Président depuis 30 ans, l’octogénaire – officiellement réélu en 2011- aura-t-il envie de s’enraciner encore davantage au pouvoir ?