Politique

Mohamed Ag Intalla : « Le Haut conseil de l’Azawad est la seule voie pour la paix au Mali »

| Par
Mohamed Ag Intalla, président du HCA.

Mohamed Ag Intalla, président du HCA. © AFP

Fondé le 2 mai par des notables touaregs de la région de Kidal, le Haut conseil de l’Azawad (HCA) ne réclame pas l’indépendance du nord du Mali et se définit comme un outil au service du dialogue entre tous les Maliens. Son président, l’ancien député de Tinassako (région de Kidal), Mohamed Ag Intalla, explique sa démarche vis-à-vis de Bamako.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir pris la décision de créer le haut Conseil de l’Azawad (HCA) ?

Mohamed Ag Intalla : Aujourd’hui, force est de constater que la guerre n’est pas la solution, ni pour le nord ni pour le sud du Mali. La solution consiste à oganiser une table ronde avec tous les acteurs concernés afin de dégager une stratégie commune. Et le HCA est cette structure créée pour que tous les fils de l’Azawad se retrouvent dans une même entité et avancent ensemble pour de sortir de la crise. Le 11 mai, les cadres du HCA vont se rencontrer en assemblée générale et formeront le bureau ainsi que les autres commissions, notamment celles des jeunes et des femmes qui joueront un rôle important par la suite.

Quels sont les objectifs du HCA ?

Le premier objectif c’est d’abord la réconciliation des Azawadis entre eux, puis de ceux-ci avec Bamako. Je me limite là car, ces derniers jours, des femmes ont manifesté, nous accusant de vouloir faire revenir le Mali dans l’Azawad… Nous avons un bébé, le HCA, qui vient de naître, il faut le laisser respirer et grandir.

Le HCA n’est-il pas juste une nouvelle association formée, en réalité, par les rebelles du Mouvement national pour la Libération de l’Azawad (MNLA) et du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) ?

Il y aura en effet, en grand nombre, des membres du MIA et du MNLA. Nous espérons que le secrétaire général sera issu de l’un de ces deux groupes.

>> À lire aussi : "À Kidal, les rebelles touaregs rejettent la nomination du nouveau gouverneur"

Comment avez-vous fait pour réunir à vos côtés les indépendantistes du MNLA et ceux du MIA, qui viennent d’un groupe cherchant à instaurer la charia ?

Le MNLA et le MIA, s’ils sont des vrais Azawadis, doivent chercher avant tout à trouver la solution pour l’Azawad. En réalité, le HCA est devenu la seule voie pour retrouver la paix et la stabilité.

Je ne vois pas l’avancée de l’armée malienne vers le Nord comme une solution mais plutôt un danger.

Ces deux groupes ne sont pas aimés par la population au sud du pays, et même au nord. Comment allez-vous faire pour les faire accepter ?

C’est le travail de sensibilisation et de réconciliation qui fera cela. Ce travail doit être fait dans les deux sens, par les responsables du sud et du nord, car dans cette guerre il n’y a pas de gagnants, mais que des perdants.

Est-ce que vous avez pris contact avec la commission dialogue et réconciliation ?

Je préfère ne pas en parler pour le moment, le HCA est encore fragile. Mais dans les jours à venir, nous allons prendre contact avec Bamako.

Est-ce que l’avancée de l’armée malienne sur Kidal peut remettre en cause la paix ?

Je ne vois pas l’avancée de l’armée malienne vers le nord comme une solution mais plutôt un danger, car nous sommes sur la bonne voie, celle du dialogue et de la réconciliation. Si la guerre reprend maintenant, je ne sais pas comment évolueront les choses. J’en profite donc pour lancer un appel aux forces armées maliennes pour qu’elles cessent toutes les hostilités et donnent la chance au dialogue.

________

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte