Société

Maroc – Espagne : qui veut son bébé hors taxes ?

La Garde civile espagnole a découvert un trafic d’enfants nés au Maroc ou dans l’enclave de Melilla, vendus dans les années 70 et 80.

Par - Damien Glez
Mis à jour le 9 mai 2013 à 12:58

L’oeil de Glez : chaque jour, un dessin d’actualité. © Glez/J.A.

Les bébés étaient « cédés » entre 1 200 et 6 000 euros à de riches familles espagnoles ne pouvant pas avoir d’enfants. 28 de ces « enfants volés » ont été identifiés, ainsi que 31 personnes impliquées dans le trafic, soupçonnées notamment de fausses déclarations de paternité ou de falsification de documents publics. Les trafiquants profitaient de femmes sans ressources à Melilla, l’enclave espagnole située à la pointe nord du Maroc, ou au Maroc même. Celles-ci se seraient séparées de leurs enfants pour que ceux-ci aient une « vie meilleure ». Les bébés de sexe féminin faisaient l’objet d’une plus forte demande et étaient vendus plus cher que les garçons.