Politique

Tentative de coup d’État aux Comores : des associations portent plainte en France

Saïd Larifou, président du Ridja, le 10 juin 2007 à Moroni. © Yusuf Ibrahim/AFP

Des associations et un parti politique comoriens ont annoncé vouloir déposer plainte à Paris. L’objet de la plainte : la tentative de coup d'Etat du 20 avril aux Comores à laquelle auraient participé des Français et des Franco-Comoriens.  

Des associations et un parti politique comoriens ont annoncé qu’ils allaient tenter une action judiciaire à Paris, après la tentative de coup d’Etat du 20 avril aux Comores à laquelle auraient participé des Français et des Franco-Comoriens. « Nous allons déposer plainte mardi à Paris contre X pour tentative de coup d’Etat et déstabilisation des Comores », a déclaré à l’AFP Saïd Larifou, le président du Rassemblement pour une initiative de développement avec la jeunesse avertie (Ridja), parti politique comorien d’opposition.

« Ce dépôt de plainte est justifié par le code pénal français dès lors que des Français ou des étrangers installés en France sont impliqués dans des opérations de déstabilisation d’un pays », a-t-il ajouté. Une quinzaine de personnes, dont des étrangers, notamment un Français et des Congolais de la RDC, ont été arrêtés pour leur implication supposée dans la tentative de coup d’Etat déjouée aux Comores.

« La France a les moyens et la compétence pour mener une enquête, alors qu’il n’est pas sûr que celle ouverte aux Comores, qui est directement gérée par la présidence, soit sérieuse et crédible et aboutisse à la vérité », souligne Larifou. Selon Mohamed Halifa, le secrétaire général du parti majoritaire UPDC, le Français impliqué serait « Patrick Klein, un ancien de Bob Denard ». Le célèbre mercenaire français, décédé en 2007,avait mené un coup d’État aux Comores en 1995.

Mettre fin à la présidence tournante ?

Parmi les Comoriens arrêtés figure Mahamoud Ahmed Abdallah. Le fils de l’ancien président Ahmed Abdallah, décédé en 1989, est présenté comme le principal bénéficiaire du « complot ».

La plainte est déposée par le Ridja et trois associations : Comores Espoir, le Parlement des jeunes de Comores et les Amis des Comores, qui se sont aussi portées partie civiles dans le cadre de l’enquête ouverte aux Comores, selon M. Larifou. Le but du coup d’État, indique la présidence comorienne, était de mettre fin à la présidence tournante instaurée depuis 2002 entre les trois îles de l’archipel. Mais peu de détails ont filtré sur cette mystérieuse affaire. Issu de l’île de Mohéli, Ikililou Dhoinine avait été élu pour cinq ans, en décembre 2010, président de l’Union des Comores.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte