Politique

Kenya : contre la CPI, l’Union africaine soutient Kenyatta

Le président kényan Uhuru Kenyatta et la procureure de la CPI Fatou Bensouda.

Le président kényan Uhuru Kenyatta et la procureure de la CPI Fatou Bensouda. © Reuters/Montage J.A.

Le « club » des chefs d’État africains serre-t-il les rangs ? Le Conseil exécutif de l’Union africaine a adopté, jeudi 23 mai, une résolution demandant l’abandon des charges contre les responsables kényans poursuivis par la CPI.

Le 23 mai au soir, le Conseil exécutif de l’Union africaine, qui regroupe les ministres des Affaires étrangères des pays membres, a adopté une résolution qui demande à la Cour pénale internationale (CPI) d’abandonner les poursuites contre les responsables kényans impliqués dans les violences postélectorales de 2007-2008, parmi lesquels le président nouvellement élu, Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto. La résolution a été votée à l’unanimité. Néanmoins, le Botswana a émis une réserve portant sur la procédure sans se prononcer sur le fond du dossier.

Depuis des années, le Kenya multiplie les démarches pour mettre fin aux poursuites. Le pays a formulé cette demande dans une première lettre au Conseil de sécurité en février 2011, et le mois suivant à la CPI. Au même moment, il a appelé au ralliement des pays de l’Union Africaine à sa cause. Désormais, sur le dossier kenyan, la CPI fera face à toute l’organisation continentale pour empêcher le jugement des instigateurs présumés des violences post-électorales, qui ont fait plus de 1 000 morts.

_______

Par Georges Dougueli et Anne Kappes Grangé, envoyés spéciaux à Addis Abeba

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte