Culture

Maroc : 2,5 millions de spectateurs, record battu pour le festival Mawazine

Le festival de musique Mawazine a battu son record d’affluence à l’occasion de sa 12e édition. Quelques 2,5 millions de spectateurs se sont déplacés du 24 mai au 1er juin. En marge, une manifestation et des critiques sur la tenue de la chanteuse Jessie J. n’ont pas démotivé le public.

Par
Mis à jour le 3 juin 2013 à 16:36

Le chanteur britannique Taio Cruz au festival de Mawazine, à Rabat le 1er juin 2013. © AFP

Le festival musical Mawazine s’est achevé samedi soir à Rabat avec des représentations du chanteur britannique Taio Cruz ou encore des artistes tunisien et égyptien Lotfi Bouchnak et Tamer Hosni. Ces concerts sont venus clôturer la 12e édition de Mawazine qui a battu son record d’affluence.

L’évènement « a rassemblé 2,5 millions de spectateurs […] venus célébrer les meilleurs artistes du monde et du Maroc », ont affirmé les organisateurs dans un communiqué publié dimanche. D’après eux, le précédent record, qui remontait à l’an dernier, était « de 2,38 millions de spectateurs, ce qui prouve la popularité grandissante de cet événement. »

C’est la vedette internationale Rihanna qui a donné le coup d’envoi le 24 mai, sur la scène dite « internationale », rassemblant un nombre record de spectateurs pour ce festival (150 000 d’après l’organisation). Le DJ français David Guetta s’est par la suite produit devant une audience comparable, au même titre que le chanteur de raï, Cheb Mami. Le festival a compté également des scènes « africaines », « marocaines », « découvertes » ou encore « musiques du monde ».

Protestations

Une ombre au tableau : la prestation en tenue jugée trop légère de la Britannique Jessie J. a été vivement critiquée dans les milieux islamistes, notamment par des parlementaires du Parti justice et développement (PJD, au pouvoir).

Une manifestation a par ailleurs été organisée mercredi dernier devant le Parlement à Rabat pour dénoncer le coût du festival. La police est intervenue pour disperser le cortège et quatre personnes ont été interpellées pour « occupation de la voie publique » et « participation à une manifestation non autorisée », d’après des médias marocains. Ils devraient être jugés dans le courant du mois de juin.

(Avec AFP)