Politique

France : Ziad Takieddine reconnaît avoir financé la campagne de Balladur en 1995

| Par
L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine à Paris, le 12 avril 2013.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine à Paris, le 12 avril 2013. © AFP

L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a affirmé devant les juges d’instruction avoir oeuvré au financement occulte de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995. Les fonds provenaient de rétrocommissions liées à des contrats d’armements passés avec l’Arabie saoudite et le Pakistan.

Après avoir longuemment caché la vérité, Ziad Takieddine a fini par craquer. D’après une information du quotidien français Le Monde, l’homme d’affaires franco-libanais, actuellement en détention provisoire, a affirmé devant les juges d’instruction avoir participé au financement occulte de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995.

Entendu le 20 juin par les juges chargés du volet financier de l’enquête sur l’attentat de Karachi (qui a fait 15 morts le 8 mai 2002), Ziad Takieddine, mis en examen dans cette affaire, a indiqué avoir participé au versement de rétrocommissions, avec son associé Abdulrahman El-Assir, à la demande de Nicolas Bazire, à la fois directeur du cabinet du premier ministre Édouard Balladur et directeur de sa campagne présidentielle, et de Thierry Gaubert, ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly puis au ministère du Budget (entre 1994 et 1995). Ces deux proches de l’ancien président français sont également mis en examen dans ce dossier.

Selon ses déclarations aux juges, Ziad Takieddine et son associé ont remis à trois reprises, à la demande des deux hommes, de l’argent liquide à Thierry Gaubert qui venait le récupérer dans des mallettes à Genève. Le montant total de ces transactions s’élève à 6 millions de francs (environ un million d’euros).

Tentative de fuite ?

De leur côté, les avocats de Nicolas Bazire et de Thierry Gaubert ont tous deux contesté les affirmations de Ziad Takieddine. « Mon client conteste et s’en expliquera devant les juges », a déclaré Me François Esclatine, conseil de Thierry Gaubert. Une confrontation entre MM. Takieddine, Gaubert et Bazire devrait prochainement être organisée.

Selon Le Monde, Ziad Takieddine a également mis en cause François Léotard, ministre de la Défense d’Édouard Balladur, et son bras droit Renaud Donnedieu de Vabres, qui avaient imposé, à la dernière minute, MM. Takieddine et El-Assir comme intermédiaires dans les contrats d’armement signés en 1994 avec le Pakistan (Agosta) et l’Arabie saoudite (Sawari II). « Cela démontre que nous sommes en présence d’une affaire d’État considérable et qu’un certain nombre d’hommes politiques de premier plan se sont totalement moqués des familles des victimes », a réagi Me Olivier Morice, avocat des familles de vicitmes.

Ziad Takieddine a été placé en détention provisoire le 31 mai pour avoir tenté de se procurer un « vrai-faux » passeport dominicain.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte