Économie

Sénégal : l’État consacre un fonds de 40,5 millions de dollars aux PME

Selon le ministre du Commerce, de l'industrie et du secteur informel, Alioune Sarr, le fonds bénéficiera en priorité aux entreprises disposant d'une haute intensité de main d'oeuvre. DR ©

Le Sénégal a annoncé la création prochaine d'un fonds de restructuration de 40,5 millions de dollars destiné à redresser, dans les trois prochaines années, les entreprises en difficulté.

L’État sénégalais va créer un fonds de 20 milliards de F CFA (40,5 millions de dollars) pour la restructuration, dans les trois prochaines années, des entreprises en difficulté. Selon le ministre du Commerce, de l’industrie et du secteur informel, Alioune Sarr, ce fonds servira à mettre en place des services non financiers et financiers adaptés afin de renforcer les entreprises en fonds propres. Déjà, 50 entreprises en difficulté, principalement des PME, ont été répertoriées.

« Il est urgent, soutient le ministre, de renouveler les équipements du tissu industriel sénégalais et d’assurer la fourniture de garanties nécessaires à la réussite des plans de redressement ou de restructuration des entreprises ». Alioune Sarr présidait, mardi dernier, le lancement de la « Cellule entreprises en difficulté », en présence d’acteurs du secteur privé.

Lire aussi :

Sénégal : la BNDE décroche son agrément
Sénégal : la BNDE fait un pas de plus vers les PME
400 millions de dollars pour soutenir les PME en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Nouveaux mécanismes de financement

Pour alimenter ce fonds, les deux parties estiment qu’il faudra s’orienter vers des pistes de ressources provenant des nouveaux mécanismes de financement créés par l’État, comme le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis), le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip), la Caisse de dépôts et de consignation (CDC) et la Banque nationale pour le développement économique (BNDE).

Ce fonds bénéficiera, selon le ministre, en priorité aux entreprises disposant d’une haute intensité de main-d’oeuvre et celles ayant des activités à forte valeur ajoutée évoluant dans les secteurs de la pêche, des TIC, du tourisme ou de l’agroalimentaire. Les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à cinq milliards de F CFA (environ 10 millions de dollars) sont du ressort de l’Agence pour le développement et l’encadrement des PME (Adepme) et celles dont les revenus dépassent ce montant sont du ressort de la Direction de l’appui au secteur privé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte