Politique

RDC : Barack Obama appelle les pays voisins à cesser le soutien aux groupes armés

Avant de quitter la Tanzanie, le président américain Barack Obama a appelé, le 1er juillet, les pays frontaliers de la RDC à cesser de soutenir les groupes armés qui y opèrent, tout en demandant au président congolais Joseph Kabila de « faire plus et mieux » pour réformer les forces de sécurité du pays.

Mis à jour le 2 juillet 2013 à 14:03

Barack Obama lors de sa conférence de presse à Dar es Salaam, le 1e juillet. © AFP

« Les pays entourant le Congo doivent prendre l’engagement de cesser de soutenir les groupes armés » opérant en RDC, a déclaré Barack Obama lors d’une conférence de presse, le 1er juillet, dans la capitale économique tanzanienne.

Le président américain n’a cité aucun pays nommément mais le Rwanda et l’Ouganda ont été accusés à plusieurs reprises, notamment par des experts de l’ONU, de soutenir le Mouvement du 23-Mars (M23), une rébellion qui combat l’armée de RDC depuis avril 2012 dans la province instable du Nord-Kivu, située dans la partie est du pays. Des accusations que Kigali et Kampala ont toujours démenti.

Barack Obama a parallèlement appelé son homologue congolais Joseph Kabila à réformer les forces armées du pays, estimant qu’il « devait faire mieux et plus en ce qui concerne les capacités de la RDC en matière de sécurité ».

"Les Congolais ont besoin d’une chance"

L’armée de RDC – troupes dites d’élite, formées par des armées occidentales, inclues – est réputée pour son indiscipline, son manque de motivation et d’ardeur aux combats, ses soldats prenant souvent la fuite face aux attaques rebelles et se livrant à des pillages. « Les Congolais ont besoin d’une chance, a ajouté le président américain. Ils n’ont pas eu cette opportunité en raison de la situation permanente de guerre et de conflit depuis bien trop longtemps ».

Barack Obama a enfin estimé que l’accord-cadre signé en février par les pays de la région pour tenter de rétablir la paix dans l’est de la RDC ne « pouvait pas être une simple feuille de papier » mais nécessitait un suivi.

Le président américain Barack Obama a quitté, le 2 juin à la mi-journée, Dar es Salaam, capitale économique de la Tanzanie, achevant sa première grande tournée africaine en tant que président qui l’a aussi mené au Sénégal et en Afrique du Sud. Une garde d’honneur et une fanfare militaire ont salué son départ lors de son embarquement dans l’avion présidentiel Air Force One à destination des États-Unis.

(Avec AFP)