Politique

RDC : des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu pillent Kamango, près de Beni

Un soldat des FARDC monte la garde autour de la ville de Goma, le 11 juillet 2012. © AFP

Les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu occupent ce 12 juillet la localité de Kamango, à quelque 80 km de la ville de Beni. Les assaillants ont profité de l’"absence d’une force régulière" sur place pour lancer leur attaque, selon l'armée congolaise qui les accuse également de piller les pharmacies et les dépôts des vivres.

Mis à jour le 12 juillet 2013 à 18 heures 25.

La localité de Kamango, située à 80 km de la ville de Beni, est tombée, le 12 juillet, entre les mains des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda). Une information confirmée à Jeune Afrique par le colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée congolaise (FARDC) au Nord-Kivu, dans l’est de la RDC.

>> Découvrez la cartographie interactive des groupes armés qui pullulent dans le Kivu.

« Les rebelles ADF-Nalu ont profité de l’absence d’une force régulière dans ce village » pour attaquer. « Ils sont en train de piller les dépôts des vivres et les officines pharmaceutiques pour se ravitailler en médicaments avant de regagner la brousse », a-t-il ajouté. Mais, de son côté, Jean Paul Saambili, chef coutumier de l’ethnie Watalinga, a affirmé à l’AFP que les rebelles étaient toujours dans la localité et « terrorisent les habitants ». les bâtiments publics et l’hôpital du village ont été également pillés, selon les habitants.

La population locale, elle, a pris la fuite « par crainte d’éventuelles exactions ». Quelque 3 000 personnes avaient franchi jeudi déjà la frontière à Busunga dans le district de Bundibugyo à la suite de ces combats, selon la police ougandaise. « Leur nombre devrait croître car ils sont en route », avait affirmé à l’AFP Denis Namuwooza, responsable de la police dans le district de Bundibugyo.

Les Shebab au Kivu ?

Un porte-parole de l’armée ougandaise, Paddy Ankunda, a affirmé que les rebelles ont d’abord pris la ville mais, selon lui, l’armée congolaise les a repoussés. « Par précaution nous avons renforcé la sécurité afin d’éviter une propagation des combats », a-t-il expliqué. Neuf personnes ont été prises en otages dont un notable, a affirmé Paddy Ankunda.

Selon des habitants, le chef traditionnel pris en otage aurait été tué. Ses proches ainsi que plusieurs travailleurs humanitaires qui avaient également été capturés, ont été relâchés. Des informations qui n’ont pu cependant être confirmées.

Les routes pour se rendre dans la localité attaquée étant « impraticables », « les éléments de l’armée congolaise et les forces de la Monusco sont en train de se déployer à pieds », a déclaré le colonel Olivier Hamuli.

Sur le terrain, des rumeurs font également état de la présence des rebelles Shebab parmi les assaillants. Ils seraient importés par les rebelles ougandais d’ADF-Nalu, selon Julien Paluku, le gouvernement du Nord-Kivu. « Nos services sont en train de recouper toutes ces informations », nuance, pour sa part, le colonel Olivier Hamuli.

________________

Par Trésor Kibangula   (avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte