Politique

Abdelaziz Bouteflika a décollé de Paris en direction de l’Algérie selon l’AFP

Abdelaziz Bouteflika, dans un hôpital à Paris, sur une photo diffusée le 12 juin 2013. © AFP

Selon une source aéroportuaire citée par l'AFP, le président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Paris depuis fin avril, a décollé mardi 16 juillet à la mi-journée pour l'Algérie depuis l'aéroport du Bourget.

Mis à jour à 15H43

« Le président algérien a embarqué à bord d’un avion de la présidence algérienne en fauteuil roulant », a indiqué la source aéroportuaire. « Son avion, à destination d’Alger, a décollé vers 13H30 », a-t-elle précisé.

Selon un journaliste de l’AFP, l’avion algérien, stationné à l’aéroport du Bourget, est parti discrètement depuis un terminal de voyages d’affaires de l’aéroport. Quelques minutes avant, un cortège comportant quelques berlines noires et un van blanc était arrivé sur la piste. Quelques motards de la police et des policiers en civil et armés s’étaient postés aux abords du terminal.

Selon une source contactée par Jeune Afrique à Alger, l’avion présidentiel doit atterrir vers 14H30 (heure locale) à la base militaire de Boufarik, à une quarantaine de kilomètres de la capitale, et non à l’aéroport international Houari Boumédiène. Aucune délégation officielle ne sera là pour accueillir le président. De son côté, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, n’a pas interrompu sa visite de travail à Tizi Ouzou. « Le président va rentrer », s’est-il contenté de dire lors d’une rencontre avec la société civile, tout en esquivant tout contact avec les journalistes. Puis il a rapidement quitté la ville, alors que ni la radio nationale, ni l’agence de presse algérienne APS n’avaient, à 13H00 GMT, annoncé le retour du président.

Installation prévue dans la résidence d’État de Zéralda

Absent du pays depuis 80 jours, Abdelaziz Bouteflika devrait s’installer après son retour dans la résidence d’État de Zéralda, sur le littoral ouest d’Alger. Ce bâtiment est notamment pourvu d’équipements médicaux modernes.

Après avoir été hospitalisé au Val-de-Grâce le 27 avril, le président algérien avait été transféré à l’institution nationale des Invalides pour une période de réadaptation fonctionnelle. Dans un bulletin de santé signé de ses « médecins accompagnateurs », rendu public le 11 juin, les professeurs Mohcène Sahraoui et Merzak Métresse y réaffirmaient que le chef de l’État algérien avait eu un accident vasculaire cérébral (AVC) le 27 avril « sans retentissement sur ses fonctions vitales ».

Ils rappelaient que son transfert à Paris avait été décidé pour « un complément d’exploration, à l’issue de laquelle ses médecins lui ont recommandé d’observer, à l’institution nationale des Invalides, à Paris, une période de soins et de réadaptation fonctionnelle en vue de consolider l’évolution favorable de son état de santé ».

Rumeurs alarmantes

Le même jour, Abdelaziz Bouteflika avait reçu le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le chef d’état-major de l’armée, le général Salah Gaïd, ainsi qu’une équipe de la télévision officielle. Cette audience était survenue alors que des rumeurs alarmantes circulaient à son sujet. En Algérie, plusieurs voix s’étaient élevées dans l’opposition pour réclamer au Conseil constitutionnel de déclarer la vacance du pouvoir, permettant d’engager un intérim et d’organiser une nouvelle élection présidentielle.

À la suite de l’audience aux Invalides, la télévision algérienne avait diffusé les premières images depuis son hospitalisation, destinées à faire taire les rumeurs sur son éventuel décès, relayées par la presse, en France et en Algérie. Les images, muettes, le montraient habillé d’une robe de chambre, avec une difficulté évidente à bouger un de ses bras. Le président algérien avait déjà été hospitalisé fin 2005 pendant près d’un mois à Paris pour « un ulcère hémorragique ».

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte