Sport

Football : le défi ukrainien de Mbokani et Belhanda

Dieumerci Mbokani (à g.) et Younes Belhanda, deux joueurs qui ont choisi l'Europe de l'Est.

Dieumerci Mbokani (à g.) et Younes Belhanda, deux joueurs qui ont choisi l'Europe de l'Est. © AFP

En signant au Dynamo Kiev (Ukraine), le Marocain Younes Belhanda et le Congolais (RDC) Dieumerci Mbokani ont fait un choix diversement commenté. Mais les pays d’Europe de l’Est peuvent proposer des challenges sportifs et des opportunités financières comparables à ce qui se pratique à l’Ouest.

Cela a peut-être échappé à certains, mais les clubs ukrainiens ont remporté plus de Coupes d’Europe (trois) que leurs homologues français (deux). « Cela m’énerve au plus haut point quand j’entends de la bouche de supposés spécialistes que l’Ukraine et la Russie sont des championnats exotiques, et pour qui la vision du football européen se limite à quelques championnats. Ce sont des pays de football, qui ont gagné beaucoup plus de titres que nous », s’agace Claude Le Roy, ancien sélectionneur de la RDC, à propos des transferts au Dynamo Kiev de Mbokani, qu’il a dirigé chez les Léopards et de Belhanda (ex-Montpelier).

>> À lire : Football : les artistes africains du ballon rond en disgrâce

L’Europe de l’Est n’est pas une destination nouvelle pour les Africains

Stéphane Canard, agent français

Meilleur buteur du championnat de Belgique avec 19 buts, Mbokani a quitté Anderlecht, qui disputera la Ligue des Champions, pour un club qualifié pour la Ligue Europa, où il formera un duo offensif inédit avec le Nigérian Brown Ideye. « Je pense que l’aspect financier a pesé dans leur choix, mais sportivement, le Dynamo Kiev est un grand club européen », explique Le Roy. L’ancien attaquant du TP Mazembe, révélé au Standard Liège, s’était ensuite fourvoyé à Monaco (France), puis à Wolfsburg, avant de se refaire une beauté en Belgique.

« L’Europe de l’Est n’est une destination nouvelle pour les Africains », précise l’agent Français Stéphane Canard, qui gère notamment les intérêts des Tunisiens Saber Khlifa (Evian-Thonon-Gaillard) et Aymen Abdennour (Toulouse), lui-même approché par le Spartak Moscou et le Zenith Saint-Pétersbourg (Russie). « Il y a dans cette partie du continent des clubs riches, bien structurés. Il n’y a pas de problèmes majeurs dans le versement des salaires, et jamais un joueur ne m’a dit qu’il ne voulait pas aller jouer là-bas. »

Ils peuvent franchir un cap.

Claude Le Roy, Ancien sélectionneur de la RDC

« Les championnats en Ukraine ou en Russie sont d’un bon niveau, mais ce qui attire sportivement les joueurs, c’est la Coupe d’Europe. À mon sens, Mbokani aurait plutôt dû aller en Angleterre, où West Bromwich Albion le voulait. Mais en allant en Ukraine, il se met en danger, et cela peut lui permettre de franchir un cap. Belhanda aussi. Car ils arrivent dans un environnement nouveau », conclut Le Roy. À ce jour, Mbokani, qui a inscrit quatre buts en trois matches, est le meilleur buteur du championnat ukrainien.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte