Économie

L’IFC a investi 3,5 milliards de dollars en Afrique subsaharienne

Le Haïtien Jean-Philippe Prosper a remplacé Thierry Tanoh à la tête de l'IFC pour l'Afrique subsaharienne, l'Amérique latine et les Caraïbes début 2013.

Le Haïtien Jean-Philippe Prosper a remplacé Thierry Tanoh à la tête de l'IFC pour l'Afrique subsaharienne, l'Amérique latine et les Caraïbes début 2013. © IFC

IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a publié le détail de ses activités en Afrique subsaharienne. Au total, IFC a participé à 5,3 milliards de dollars d’investissements dont 3,5 en propre.

Durant l’année budgétaire 2013, l’IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a engagé la somme de 5,3 milliards de dollars dans de nouveaux investissements et dispensé des services-conseil d’une valeur de 65 millions de dollars en Afrique subsaharienne. L’institution a investi 3,5 milliards de dollars tirés des comptes propres de la société et mobilisé 1,8 milliards de dollars engagés par d’autres investisseurs. Ces chiffres sont en nette progression par rapport à l’exercice 2012 durant lequel l’IFC avait mobilisé un total de 4 milliards de dollars dont 2,8 milliards de dollars en propre et 1,2 milliard engagés par des co-investisseurs.

Au total, l’institution a apporté son appui à des projets qui ont permis à 54 000 petites et moyennes entreprises de bénéficier de crédits, et a soutenu 13,7 millions de clients du secteur de la microfinance. En matière de services-conseil, les projets soutenus ar l’IFC ont permis, selon un communiqué, d’améliorer l’accès à l’éducation et à l’éclairage pour 1,6 millions de personnes ; ils ont également permis la création de 27 000 emplois ainsi que la formation d’entrepreneurs et la connexion d’exploitants agricoles aux marchés mondiaux.

Lire aussi :

L’IFC a engagé un milliard de dollars pour le commerce en Afrique du Nord et au Moyen-Orient
SFI : Jean-Philippe Prosper succède à Thierry Tanoh
Maroc : IFC investit dans l’école HEM

Pour Oumar Seydi, le directeur de l’IFC pour l’Afrique orientale et australe, « les 5,3 milliards de dollars engagés par IFC dans de nouveaux investissements et les 65 millions de dollars consacrés aux projets de services-conseil d’IFC ont contribué à la croissance économique de l’Afrique, grâce à l’appui fourni aux entrepreneurs et aux exploitants agricoles, à l’amélioration des infrastructures et des services de base et en favorisant le développement des affaires dans des pays en sortie de conflit ».

Différents secteurs

Dans le secteur de l’agro-alimentaire en Afrique subsaharienne, les investissements de l’IFC ont atteint 600 millions de dollars au cours de l’exercice budgétaire 2013. Le financement des projets d’infrastructures et ressources naturelles s’élève, quant à lui, à 1,7 milliard de dollars. En Afrique de l’Ouest, l’IFC a notamment investi dans l’agence de sécurité aérienne et mobilisé des fonds pour le port de Lomé afin de développer le réseau de transport et d’améliorer l’infrastructure commerciale dans la région.

Grâce à une utilisation innovante de ses opérations de trésorerie, IFC a développé sa capacité à servir ses clients par des financements en monnaie nationale et a favorisé le développement des marchés obligataires. Ainsi, IFC a octroyé plus de 350 millions de dollars de prêts en monnaie nationale en Afrique subsaharienne au cours de l’exercice budgétaire 2013.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte