Politique

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai boycottera l’investiture de Robert Mugabe

Morgan Tsvangirai, lors d'une cérémonie le 14 août 2013 à Harare. © AFP

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, entamera, jeudi 22 août, son sixième mandat. Une cérémonie d'investiture à laquelle n'assistera pas le leader de l'opposition et candidat malheureux à la présidentielle du 31 juillet, Morgan Tsvangirai.

La cérémonie d’investiture du président Robert Mugabe, qui doit entamer un sixième mandat après sa victoire aux élections contestées du 31 juillet, se déroulera sans le leader de l’opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai.

"Vouloir que Tsvangirai assiste à l’investiture, c’est comme vouloir que la victime d’un vol assiste à une fête organisée par le voleur", a expliqué Luke Tamborinyoka, porte-parole du candidat du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), mercredi 21 août. "Il ne peut pas assister à la fête d’un voleur!"

L’investiture de Robert Mugabe aura lieu jeudi dans un stade de 60 000 places dans la banlieue d’Harare. Plus de 40 chefs d’État étrangers ont été invités, selon la télévision publique, et la journée a été déclarée fériée au Zimbabwe.

Robert Mugabe, 89 ans, a été réélu au premier tour de la présidentielle avec 61% des voix, contre 34% à Morgan Tsvangirai. L’opposition et des observateurs indépendants n’ont eu de cesse de dénoncer des fraudes massives. Le MDC de Morgan Tsvangirai explique notamment que des centaines de milliers d’électeurs des villes -les zones qui lui sont les plus favorables- ont été systématiquement exclus des listes électorales, lesquelles n’ont été rendues publiques qu’au dernier moment, ce qui a empêché toute vérification sérieuse.

Il a aussi observé que des dizaines de milliers de personnes ont été "aidées" à voter par des agents électoraux proches du président. Le MDC avait déposé un recours devant la Cour constitutionnelle du Zimbabwe pour demander l’annulation du scrutin, mais il l’a ensuite retiré, n’ayant notamment pas obtenu de la Commission électorale d’importants documents qui lui auraient permis d’étayer sa plainte et de prouver les fraudes.

Si les pays occidentaux ont condamné un scrutin entaché selon eux de malversations, les pays africains n’ont rien trouvé à redire. La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a même désigné Mugabe à sa tête pour l’année 2014-15.

La Cour constitutionnelle a jugé mardi les élections "libres, honnêtes et crédibles" et un juge a demandé que les avocats du parti de Morgan Tsvangirai soient poursuivis pour avoir affirmé que la justice du pays n’était pas indépendante.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte