Politique

Congo-Brazzaville : le général Norbert Dabira interpellé à Paris le 22 août

| Par Jeune Afrique
Le général Norbert Dabira, en 2013.

Le général Norbert Dabira, en 2013. © Capture YouTube

Le général congolais Norbert Dabira a brièvement été interpellé, jeudi 22 août, à Torcy, au moment de son arrivée à Paris. Sa mise en examen pour crime contre l’humanité, dans l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville, lui a été signifiée et il a été relaché. Il repart ce soir de France.

(Mis à jour à 19h50)

Norbert Dabira, général de division congolais et Haut commissaire à la réinsertion des anciens combattants, avec rang de ministre délégué, a été interpellé à Paris ce 22 août au matin, alors qu’il arrivait de Brazzaville, selon une source proche de l’ambassade de la république du Congo. Il a été mis en examen pour crimes contre l’humanité, avant d’être relaché et de quitter le territoire, dans la nuit.

Le général Dabira est mis en cause depuis plusieurs années dans l’affaire des disparus du Beach. En 1999, à la fin de la guerre civile, des milliers de réfugiés font le trajet de retour depuis Kinshasa, mais plusieurs centaines d’entre eux disparaissent à leur arrivée. Un procès s’est tenu au Congo en 2005 mais des plaintes ont également été déposées devant des tribunaux français concernant la disparition de 353 personnes.

Le général Dabira, 64 ans, est également hommes d’affaires et possède la chaine de télévision DRTV dans la capitale congolais. À ce titre, il serait également confronté à un contentieux commercial devant la justice française.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte