Politique

Tunisie : « Ennahdha, dégage ! »

| Par Jeune Afrique

©

Pendant que les islamistes au pouvoir en Tunisie détaillent leurs propositions pour sortir de la crise politique, l’opposition déroule le compte à rebours de sa “semaine du départ”, depuis le 24 août.

Certes, la démission du gouvernement exigée par le Front de salut national n’est plus taboue, les islamistes du parti Ennahda admettant aujourd’hui que l’équipe du Premier ministre Ali Marayedh pourrait céder la place à un cabinet apolitique, une fois un consensus trouvé sur la Constitution et les élections. Mais la mobilisation populaire de ces derniers jours a été
moindre que les 6 et 13 août derniers. La rédaction de la Constitution, elle, reste dans l’impasse, avec près d’un an de retard sur le calendrier initial. Le bras de fer est engagé depuis l’assassinat du député Mohamed Brahmi, le 25 juillet.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte