Politique

Algérie : Amar Saïdani, le nouveau patron (contesté) du FLN

Amar Saadani, nouveau secrétaire général du FLN. © DR

Amar Saïdani a été élu, jeudi 29 août, nouveau secrétaire général du FLN. Seul candidat, en raison du désistement de ses deux adversaires, il a été plébiscité à main levée par le comité central du parti, mais sa victoire est largement contestée par ses rivaux.

Amar Saïdani, 63 ans, a été élu jeudi après-midi secrétaire général du Front de libération nationale (FLN). Ce proche de Saïd Bouteflika, l’influent frère cadet du président de la République, succède ainsi à Abdelaziz Belkhadem, destitué en janvier dernier de la tête du parti historique de l’indépendance algérienne.

L’ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN) a été plébiscité lors d’un vote à main levée, auquel ont participé 274 membres du comité central du parti, réunis pour l’occasion à l’hôtel El-Aurassi d’Alger. Largement contestée par les adversaires d’Amar Saïdani, cette élection a été précédée de toute une série de rebondissements, mêlant rivalités intra-partisanes et intervention contradictoires des autorités gouvernementales et judiciaires du pays.

Belayat dénonce une réunion "illégale"

En guerre contre Saïdani, – impliqué, selon la presse algérienne, dans des affaires de détournement de fonds – le coordonnateur du bureau politique du parti, Abderrahmane Belayat, a qualifié "d’illégale" cette réunion du comité central. "Le Conseil d’État a annulé l’autorisation accordée au groupe de Boumehdi (pro-Saïdani, NDLR) pour l’organisation de cette réunion, d’où son caractère illégal", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au siège du parti, qualifiant "d’illégitimes" les résultats de l’élection de jeudi. Le rival de Saïdani a même enfoncé le clou, faisant savoir que le bureau politique préparait la tenue d’une autre réunion du comité central du parti.

Avant le vote à l’hôtel El-Aurassi, trois candidats s’étaient déclarés pour le poste de secrétaire général : Mustapha Maâzouzi, Saïd Bouhadja, et Amar Saïdani. Les deux premiers s’étant finalement retirés, Saïdani avait la voie libre. À l’issue de sa victoire contestée, le nouveau secrétaire général du FLN s’est engagé ’’à unifier et resserrer" les rangs du parti. "Je m’engage à oeuvrer à unifier les rangs du parti et à instaurer la réconciliation entre les militants que j’invite à s’éloigner de tout ce qui peut contribuer à semer la discorde et la division", a-t-il affirmé devant une nuée de journalistes.

___

Benjamin Roger

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte