Politique

RDC : en six mois, plus de 550 enfants démobilisés dans le Katanga

Mis à jour le 12 septembre 2013 à 09:53

Entre mars et août, plus de 550 enfants soldats ont été démobilisés dans le Katanga, dans le sud-est de la RDC. Cette riche province congolaise est confrontée depuis quelques années à la présence de plusieurs milices indépendantistes dont celle des maï-mai dits Kata Katanga.

"La campagne de sensibilisation appelant les enfants à se désengager des forces et groupes armés a réussi à démobiliser 557 enfants entre mars et août 2013 principalement dans les territoires de Malemba, Nkulu, Manono, Mitwaba et Pweto", a annoncé, le 11 septembre, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Ces territoires sont situés dans la moitié nord de la province, déshéritée par rapport à la partie sud riche en minerais (cuivre, colbalt, coltan…), et où opèrent plusieurs groupes armés dont les indépendantistes maï maï dits Kata-Katanga et les miliciens fidèles au seigneur de guerre Gédéon.

"Les centres de transit de Lubumbashi, Kalemie et Manono ont pris en charge 444 enfants, tandis que 113 autres ont retrouvé leurs familles", a précisé une note d’information d’Ocha, soulignant que "l’essentiel des enfants démobilisés sont issus de groupes armés" actifs dans le Katanga. "Dans le lot d’enfants [démobilisés], 27 sont sortis de l’armée nationale", a indiqué Sylvestre Ntumba Mudingayi, chargé de la communication adjoint à Ocha.

Dissuasion

Les 557 démobilisations font suite à une campagne lancée début avril par Action contre la pauvreté (ACP) et d’autres ONG, soutenues par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Elle visait à dissuader les enfants de s’enrôler dans les forces et groupes armés ou les encourager à les quitter.  "La campagne a donc convaincu les groupes armés qu’il est interdit et dangereux de garder les enfants et que s’ils les rendaient, ils ne seraient pas inquiétés", a déclaré Georges Kadinga, de l’ONG ACP. Selon lui, des enfants sont sortis par grandes vagues avec des adultes qui se sont rendus en août.

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Assemblée provinciale du Katanga, très écouté dans le milieu des groupes armés, a joué un rôle déterminant dans cette opération. C’est lui qui avait même lancé la campagne en août en appelant les groupes armés à déposer les armes et à ne plus recruter des enfants.

D’après l’Unicef, environ 4 500 enfants seraient enrôlés dans des forces ou groupes armés sur l’ensemble du territoire congolais, dont quelque 1 500 au Katanga.

(Avec AFP)