Politique

Le « jihad du sexe », calvaire « halal » pour Tunisiennes consentantes ?

Femme dans l'armée syrienne libre, Alep, 12 février 2013. © Reuters

Elles sont probablement des centaines. Si aucun chiffre officiel n'existe, les jeunes Tunisiennes parties en Syrie pour faire le "jihad du sexe" sont une réalité, a indiqué, jeudi 19 septembre, le ministre de l'Intérieur tunisien Lofti ben Jeddou, lors d'une audition devant les députés. Leur "combat" : avoir " des relations sexuelles avec 20, 30, 100" jihadistes.

Le conflit syrien a des conséquences bien au-delà des frontières de la Syrie. Et notamment en Tunisie. Jeudi 19 septembre, lors d’une audition devant les députés de l’Assemblée nationale constituante, le ministre de l’Intérieur tunisien, Lofti ben Jeddou, a évoqué le sort des jeunes Tunisiennes enrôlées dans le "jihad du sexe", qui partent en Syrie afin d’assouvir les besoins sexuels des combattants islamistes.

>> Lire aussi : "Tunisie : recrute candidats au paradis"

"Elles ont des relations sexuelles avec 20, 30, 100" jihadistes, a déclaré le ministre à la tribune de l’Assemblée nationale constituante (ANC), sans préciser si ces chiffres correspondaient à des actes quotidiens. "Après ces rapports sexuels qu’elles ont au nom du jihad al-nikah ("la guerre sainte du sexe", NDLR), elles reviennent enceintes", a-t-il ajouté, sans dire non plus combien de Tunisiennes étaient rentrées de Syrie dans cet état et dans quelles conditions elles avaient été prises en charge. Le jihad al-nikah permettant des rapports sexuels hors mariage avec des partenaires multiples est considéré par certains dignitaires salafistes comme une forme légitime de guerre sainte.

"Ces filles viennent pour la plupart des quartiers populaires de la périphérie des grandes villes où elles ont été recrutées par des associations pseudo-caritatives ou prétendument religieuses de la mouvance islamiste pour aller satisfaire les pulsions sexuelles des djihadistes en Syrie", a déclaré, au site Assabahnews, l’avocat Badis Koubakji, président de l’Association de Secours aux Tunisiens à l’Etranger.

Renforcement des contrôles aux frontières

Le ministre n’a pas précisé le nombre de jeunes femmes concernées. Néanmoins, la presse tunisienne évoque des centaines de cas et le ministère de l’Intérieur a récemment admis avoir renforcé les contrôles dans les aéroports pour empêcher le départ de femmes et d’hommes suspectés de vouloir rejoindre la Syrie. Lofti ben Jeddou a ainsi estimé que depuis sa prise de fonction en mars, "6 000 de nos jeunes ont été empêchés d’aller là-bas".

>> Lire aussi : "Tunisie : tout feu, tout femmes"

Selon les médias tunisiens, des milliers ont réussi à rejoindre, via la Turquie ou la Libye, les rangs de jihadistes ces quinze dernières années à travers le monde, en Afghanistan, en Irak et désormais en Syrie. Le plus célèbre d’entre eux, le chef d’Ansar al-Sharia, principal mouvement jihadiste en Tunisie, Abou Iyadh, est lui-même un vétéran de l’Afghanistan et co-dirigeait le groupe responsable de l’assassinat, le 9 septembre 2001, du commandant Massoud, chef de la rébellion anti-talibans.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte