Politique

Cameroun : l’ex-ministre Haman Adama libre après avoir restitué des fonds détournés

L'ex-ministre camerounaise Haman Adama était détenue depuis janvier 2010.

L'ex-ministre camerounaise Haman Adama était détenue depuis janvier 2010. © DR

Accusée de détournement de fonds, l’ancienne ministre de l’Éducation de Base, Haman Adama, a été libérée après avoir restitué à l’État 324 000 euros.

Elle était détenue depuis janvier 2010 pour détournement de fonds. Après avoir restitué à l’État 212,5 millions de Francs CFA, soit 324 000 euros, en février, l’ancienne ministre de l’Éducation de Base, Haman Adama, a été libérée, a annoncé son avocat, Me Sylvestre Mben, vendredi 20 septembre.

Le président du Tribunal criminel spécial de lutte contre la grande corruption au Cameroun (TCS) "a rendu jeudi une décision d’arrêt des poursuites", a-t-il expliqué. Une mesure dont une dizaine d’autres personnes poursuivies dans la même affaire ont également bénéficié, selon lui. Au total, 369 millions F CFA, soit 562 000 euros, ont été remboursés dans le cadre de ce dossier, a-t-on précisé de source judiciaire.

>> Lire aussi : "Le Cameroun malade du fossé entre le peuple et ses dirigeants"

L’abandon des charges – prévu dans la loi ayant créé le TCS en décembre 2012 – n’est cependant pas automatique. En janvier 2013, la première banque privée camerounaise, Afriland First Bank, avait restitué 1,7 milliard de FCFA (2,5 millions euros) de fonds publics que certains de ses responsables et un homme d’affaires étaient accusés d’avoir détournés. Malgré cela, la procédure suit son cours devant le tribunal, créé pour juger les auteurs présumés de détournements d’un montant supérieur à 50 millions de FCFA (76 000 euros).

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte