Économie

La Turquie veut ouvrir une zone industrielle à Addis Abeba

Le siège de l'Union africaine. Le nombre d'ambassadeurs turcs en Afrique a triplé depuis 2005, passant de 12 à 34.

Le siège de l'Union africaine. Le nombre d'ambassadeurs turcs en Afrique a triplé depuis 2005, passant de 12 à 34. © AFP

La Turquie se prépare à créer une zone industrielle à Addis Abeba, la capitale éthiopienne. En 2013, plus de 300 sociétés turques étaient déjà présentes en Éthiopie.

En mars 2013, les autorités éthiopiennes ont annoncé vouloir investir 900 millions de birrs (près de 49 millions de dollars) pour la création de la zone industrielle de Bole Lemi (autour d’Addis Abeba). D’une surface de 156 hectares, cette zone réservée aux entreprises exportatrices devait être opérationnelle dans le courant de l’année 2013. C’est dans ce contexte qu’il faut placer la proposition faite par les autorités éthiopiennes d’affecter des parcelles de terrain à la construction d’une zone industrielle turque à Addis Abeba.

3 milliards de dollars d’investissements turcs en Éthiopie

L’offre a été acceptée par le ministre des Affaires étrangères de Turquie, Ahmet Davutoglu, lors de l’ouverture de la réunion d’évaluation des stratégies sectorielles turques en Afrique qui s’est tenue le 2 septembre à Ankara, la capitale de la Turquie.

Lire aussi : 

Maroc : la CGEM bientôt en visite en Turquie
Les zones économiques spéciales peuvent-elles transformer l’Afrique ?

Selon le compte rendu de l’agence de presse gouvernementale éthiopienne, Ahmet Davutoglu a également insisté sur les opportunités que cette zone industrielle offrirait aux deux pays, rappelant au passage la forte croissance économique de l’Éthiopie (10% en moyenne par an au cours de la dernière décennie). Il a aussi noté qu’en 2005, les investissements turques dans le pays s’élevaient à seulement 50 millions de dollars, alors qu’en 2013, plus de 300 sociétés turques étaient présentes en Éthiopie pour un investissement total de 3 milliards de dollars.

Au cours de la dernière décennie, la Turquie a considérablement renforcé sa présence diplomatique et commerciale en Afrique. Toujours selon l’agence de presse éthiopienne, le nombre d’ambassadeurs turcs en Afrique a triplé depuis 2005, passant de 12 à 34. De même, la Turquie a conclu des accords de libre-échange avec quatre États africains et une trentaine de bureaux de la l’Agence turque pour la coopération et le développement ont été ouverts à travers le continent, le premier en 2005 à Addis Abeba, déjà.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte