Politique

La CPI autorise la Libye à juger Abdallah Senoussi, l’ex-chef des renseignements de Kadhafi

| Par Jeune Afrique
L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre.

L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre. © AFP

Abdallah Senoussi sera bien jugé en Libye. La Cour pénale internationale (CPI) l’a annoncé, vendredi. Livré par la Mauritanie en septembre 2012, l’ancien chef du renseignement de Kadhafi était depuis détenu à la prison d’El-Hadba el-Khadra de Tripoli.

La Cour pénale internationale (CPI) a décidé, vendredi 11 octobre, d’autoriser la Libye à juger Abdallah Senoussi, l’ancien chef des renseignements de Mouammar Kadhafi.

La Chambre préliminaire de la CPI a jugé que la Libye "avait la volonté et était capable de mener véritablement à bien cette enquête", peut-on lire dans un communiqué. "Par conséquent, les juges ont conclu que l’affaire était irrecevable devant la Cour eu égard au principe de complémentarité consacré par le Statut de Rome, traité fondateur de la CPI", poursuit le texte.

L’ex-patron des services de renseignements militaires – alias "la boîte noire" – avait été arrêté à l’aéroport de Nouakchott le 17 mars, en provenance de Casablanca, avant d’être extradé en septembre à Tripoli. Il était depuis détenu à la prison d’El-Hadba el-Khadra de Tripoli. Senoussi risque désormais la peine capitale pour son rôle dans la répression du soulèvement de 2011 qui a conduit à la chute de la Jamahiriya.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte