Politique

Libye : deux ans après, que devient le clan Kadhafi ?

Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011.

Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011. © Montage J.A.

Cela fait près de deux ans que l'ex-dictateur libyen, Mouammar Kadhafi est mort, le 20 octobre 2011. Depuis, plusieurs membres de sa famille et de son clan sont entre les mains de la justice libyenne. En revanche, les autorités de Tripoli tentent toujours d'obtenir l'extradition de Saadi, Aïcha, Hannibal et Mohammed Kadhafi.

Le 20 octobre 2011, le convoi d’une cinquantaine de 4×4, où ont pris place Mouamamar Kadhafi et son cercle rapproché pour tenter de forcer le siège de Syrte, sa ville natale, est neutralisé par les missiles de l’Otan. Peu de temps après, le "Guide" est débusqué dans une cache, sous une route, par les milices rebelles de Misrata. Il sera lynché. Deux heures plus tard, sa dépouille arrive dans cette ville située à 200 km à l’est de Tripoli. Ce jour-là, plusieurs proches de Kadhafi périront également.

Près de deux ans après la mort de celui qui a dirigé la Libye d’une main de fer pendant quarante-deux ans, une partie de son clan (famille et personnalités importantes du régime) a été arrêtée. D’autres anciens proches sont en exil en Algérie, au Niger ou encore à Oman. Reste le cas Moussa Ibrahim, l’ancien porte-parole officiel de Kadhafi, dont la mort a été annoncée à plusieurs reprises sans jamais être confirmée.

La carte interactive de la situation des anciens proches de Kadhafi (cliquer sur les photos pour lire les textes) :


Afficher Que sont devenus les proches de Mouammar Kadhafi ? sur une carte plus grande

  • Aux mains de la justice libyenne

Seif el-Islam Kadhafi

Le fils de Kadhafi (41 ans) est sous le coup de deux procès en Libye. Le premier à Zenten, où il est détenu pour "atteinte à la sûreté nationale", l’autre devant la chambre d’accusation de Tripoli, où comparaissent d’autres responsables de l’ancien régime. Demandé par le procureur général, son transfert dans la capitale libyenne a été repoussé pour des raisons de sécurité. En parallèle, Seif fait l’objet de mandats d’arrêt internationaux de la Cour pénale internationale (CPI). La Cour souhaiterait qu’il soit jugé à La Haye, ce que les autorités libyennes refusent.

Abdallah Senoussi

Le 11 octobre, la CPI a décidé d’autoriser la Libye à juger Abdallah Senoussi (54 ans), l’ancien chef des renseignements de Mouammar Kadhafi. L’ex-patron des services militaires – alias "la boîte noire" – avait été arrêté à l’aéroport de Nouakchott le 17 mars, en provenance de Casablanca, avant d’être extradé en septembre à Tripoli. Il était depuis détenu à la prison d’El-Hadba el-Khadra de Tripoli. Senoussi risque désormais la peine capitale pour son rôle dans la répression du soulèvement de 2011 qui a conduit à la chute de la Jamahiriya.

Baghdadi el-Mahmoudi

Âgé de 67 ans et incarcéré en Tunisie depuis le 21 septembre 2012, l’ancien Premier ministre a été extradé vers Tripoli le 24 juin 2012. Son procès a débuté en septembre 2013. Il est notamment accusé d’atteinte à la sûreté de l’État.

  • Décédés

Mouatassim Kadhafi

Né en 1975, médecin et militaire de carrière, il avait dirigé le Conseil de sécurité nationale et était le principal concurrent de Seif el-Islam. Capturé vivant avec son père, le 20 octobre à Syrte, celui qui était l’homme des "services" et de la répression a été exécuté par les ex-rebelles. Son corps a été enterré en un lieu inconnu.

Khamis Kadhafi

Tué, le 29 août 2011, dans une attaque aérienne de l’Otan alors qu’il tentait de fuir de Tripoli.

Chokri Ghanem

Retrouvé mort le 29 avril 2012 dans le Danube, à Vienne. Les circonstances du décès de l’ancien ministre du pétrole de Kadhafi soulèvent de nombreuses interrogations.

  • En exil

Saadi Kadhafi

Son cas empoisonne les relations entre la Libye et le Niger où le troisième fils de Mouammar Kadhafi (40 ans) défunt est réfugié depuis septembre 2011. Le Niger refuse de le confier aux Libyens. Lors de sa dernière visite à Tripoli en septembre, Mohamed Bazoum, le ministre nigérien des Affaires étrangères, a réaffirmé la position de Niamey, tout en assurant que Saadi n’était plus actif politiquement. Celui-ci réside dans une maison d’État, située au bord du fleuve Niger à Niamey, dans l’enceinte sécurisée du Conseil de l’Entente. Il est surveillé et se tient à carreau.

Hannibal et Safia Kadhafi

Safia (61 ans), la veuve de Mouammar Kadhafi, et Hannibal (38 ans), son fils, sont toujours en l’Algérie, où ils ont été accueillis pour des "raisons humanitaires" après la chute du "Guide" libyen, en août 2011. Le gouvernement algérien se montre extrêmement discret sur leur lieu de résidence.

Mohamed et Aïcha Kadhafi

Les deux enfants du défunt leader libyen ont quitté l’Algérie, où ils étaient réfugiés depuis 2011, pour Oman. Le sultanat leur a accordé l’asile politique. Cette mesure est assortie de l’interdiction de mener "toute activité politique ou médiatique".

Moussa Koussa

Ancien patron des services spéciaux de Mouammar Kadhafi et ex-ministre des Affaires étrangères, Moussa Koussa (63 ans) est au Qatar. Au fil des mois, l’émirat semble le trouver d’autant plus encombrant que la justice libyenne le réclame pour qu’il réponde de ses activités passées. Il réside depuis fin janvier 2012 dans une modeste villa de la banlieue Doha, au frais de l’émirat.

Moussa Ibrahim

Après la chute du régime, la capture de l’ancien porte-parole de Kadhafi (39 ans) est annoncée à plusieurs reprises entre septembre 2011 et octobre 2012, sans jamais être confirmée. Il serait vivant, en fuite dans un lieu inconnu.

________

Par Vincent Duhem

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte