Politique

RDC : les négociations de Kampala entre le M23 et Kinshasa sont suspendues

Les négociations de Kampala entre le gouvernement de Kinshasa et les rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23) ont été suspendues, lundi, ont indiqué les deux parties.  

Par
Mis à jour le 21 octobre 2013 à 12:48

La délégation du M23 aux négociations de paix à Kampala en Ouganda, le 11 décembre 2012. © AFP

Mis à jour le 21/10 à 15h30

Mauvaise nouvelle pour la paix dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Les négociations de Kampala entre le gouvernement de Kinshasa et les rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23) ont été suspendues, lundi 21 octobre.

"Les négociations sont suspendues", a indiqué le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende. Roger Lumbala, délégué du M23 à Kampala, a lui parlé d’un "blocage", indiquant que les rebelles étaient prêts à reprendre le dialogue qui se déroule sous la médiation de l’Ouganda.

Le ministre des Affaires étrangères congolais Raymond Tshibanda et les aides qui étaient revenus mardi dans la capitale ougandaise pour négocier étaient rentrés à Kinshasa. Ce retour n’est "pas définitf", a précisé Lambert Mende.

Le désaccord principal a trait à l’amnistie des rebelles et à leur incorporation éventuelle dans l’armée congolaise. Kinshasa refuse d’accorder à quelque 80 dirigeants du Mouvement du 23 mars (M23) et s’oppose à ce que ces hommes puissent faire de nouveau partie des Forces armées de la RDC (FARDC).

Vers l’échec ?

"On s’achemine lentement mais sûrement vers un échec", avait déclaré, dimanche, un haut responsable congolais sous couvert d’anonymat. "Face aux concessions du gouvernement, le M23 met sur la table de nouvelles revendications", avait-il ajouté, indiquant que la rébellion avait "refusé la dernière proposition" de la médiation ougandaise, avalisée par Kinshasa.

Le 19 octobre, le M23 avait pourtant fait état de "grandes avancées" dans les pourparlers.

Les négociations entre Kinshasa et les rebelles du M23 avaient repris le 10 septembre, après plusieurs mois d’arrêt.

(Avec AFP)