Energie

Tchad : l’algérien Amimer signe avec Encobat

La centrale électrique d'Illizi, en Algérie, construite par Amimer. Le groupe souhaite se positionner sur le reste du continent. © Amimer

L'algérien Amimer Énergie, fabricant de groupes électrogènes et de centrales électriques, va livrer au Tchad ses premières lampes d'éclairage autonomes.

Amar Boukheddami, le patron du numéro un algérien de la fabrication de groupes électrogènes, Amimer Énergie, est sur le point de livrer ses premières lampes d’éclairage autonomes au Tchad. C’est son deuxième contrat à l’étranger après la Mauritanie. Encobat, le client tchadien spécialisé dans le BTP et dirigé par Ali Ahmed Ali, destine ce matériel à l’éclairage de sites pétroliers. 

Au Tchad, le délestage électrique est fréquent. Le taux d’accès à l’électricité de la population est de 4%.

Lire aussi :

Algérie : Amimer à l’attaque de l’Afrique
Algérie : Amimer accueille Tuninvest à son tour de table
Tchad : la fin des délestages ?

Expansion panafricaine

Leader en Algérie, le groupe souhaite faire passer de 6 à 15 % la part de ses revenus réalisés sur le continent (hors Algérie). « Nous visons des marchés en Côte d’Ivoire, au Niger et au Sénégal. Ces pays ont des besoins considérables et nous avons les moyens et la volonté d’y répondre », avait déclaré Amar Boukheddami en mars dernier. Pour son expansion, Amimer Énergie a trouvé un associé de poids : Tuninvest. Le capital-investisseur tunisien a pris 36 % des parts de la société familiale en mars 2013. 

Le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 5 milliards de dinars (environ 46 millions d’euros) en 2012.

 

 

 

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte