Politique

« No woman, no drive » : Hisham Fageeh détourne Bob Marley au profit des conductrices saoudiennes

| Par
La vidéo « No woman, no drive » fait le buzz au-delà des frontières saoudiennes.

La vidéo "No woman, no drive" fait le buzz au-delà des frontières saoudiennes. © Capture d'écran/Youtube

Dans sa nouvelle vidéo, reprise de la célèbre chanson « No woman no cry » de Bob Marley, l’artiste et activiste saoudien Hisham Fageeh se positionne ironiquement contre l’interdiction de conduire faite aux femmes de son pays. Et fait un véritable carton sur Youtube. 

Plus de 3 millions de vues en deux jours. « No woman, no drive », postée sur Youtube le 26 octobre, est le nouveau buzz venu d’Arabie saoudite.

Reprise du titre mondialement connu « No woman no cry » du reggaeman jamaïcain Bob Marley, cette chanson satirique est l’oeuvre de l’artiste et comédien saoudien Hisham Fageeh. Il y apporte son soutien aux conductrices saoudiennes et moque les conservateurs wahhabites qui veulent leur interdire de conduire, évoquant par exemple la fumeuse théorie d’un cheikh selon laquelle se placer derrière un volant risque d’endommager les ovaires fragiles.

La vidéo, drôle et parfaitement réalisée, relance le débat sur l’interdiction de conduire imposée aux femmes en Arabie saoudite. Si la loi les empêche toujours de conduire, certaines n’hésitent plus à braver l’interdit. Samedi 26 octobre, jour de la mise en ligne de « No woman, no drive », plus d’une soixantaine de Saoudiennes ont à nouveau pris le volant et défié les autorités du royaume, qui donnent de timides signes d’ouverture malgré l’opposition des ultra-religieux.

___

Benjamin Roger

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte