Politique

Mali : la justice lève les mandats d’arrêt contre quatre responsables de la rébellion touarègue

Alghabass Ag Intalla, leader de l'Ansar Dine, le 7 juin 2013 à Ouagadougou. © AFP/Ahmed Ouaba

Les mandats d’arrêt lancés contre Ibrahim Ag Mohamed Assaleh (MNLA), Mohamed Ag Intalla, Ahmada Ag Bibi et Alghabass Ag Intalla (HCUA), ont été levés, mardi par la justice malienne. Objectif : faire avancer la réconciliation nationale.

La justice malienne a levé, mardi 29 octobre, les mandats d’arrêt lancés contre quatre responsables de la rébellion touarègue.

"Les mandats d’arrêt contre Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, Mohamed Ag Intalla, Ahmada Ag Bibi et Alghabass Ag Intalla sont levés pour faciliter la poursuite du processus de réconciliation nationale", a déclaré un responsable du ministère malien de la Justice.

Ahmada Ag Bibi, membre du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) a confirmé l’information. "C’est une bonne volonté de dialogue. (…) Nous aussi, nous sommes dans cette bonne volonté de dialogue ", a-t-il affirmé.

Candidats aux législatives

Lui, Mohamed Ag Intalla et Alghabass Ag Intalla sont candidats dans la région de Kidal (extrême nord-est du Mali), fief des Touaregs, aux élections législatives prévues le 24 novembre.

Ibrahim Ag Mohamed Assaleh est le chargé des relations extérieures du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Avec une trentaine d’autres rebelles touaregs, ces quatre responsables avaient été visés par des mandats d’arrêt pour avoir pris les armes début 2012 dans le nord du Mali.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte