Droits de l’homme

Rama Yade : « J’ai reçu régulièrement des lettres avec des dessins de singe »

| Par
Rama Yade, l’ancienne secrétaire d’État aux Droits de l’Homme.

Rama Yade, l'ancienne secrétaire d'État aux Droits de l'Homme. © AFP

Rama Yade, ancienne secrétaire d’État aux Droits de l’Homme sous Nicolas Sarkozy, a réagi, jeudi soir sur Europe 1, aux attaques racistes régulièrement lancées contre la garde des Sceaux française, Christiane Taubira. Estimant que la justice devait jouer son rôle, l’ancienne membre de l’UMP, aujourd’hui ralliée à l’Union des indépendants de Jean-Louis Borloo, a confié avoir reçu « régulièrement des lettres avec des dessins de singes ». 

C’est d’un air un brin désabusé que Rama Yade a réagi au débat du moment concernant le racisme en France, suite aux attaques récurrentes dont fait l’objet Christiane Taubira, la ministre de la Justice française. "On est dans le délit, quand on ne respecte pas la loi, on doit en répondre devant les tribunaux", a expliqué, jeudi 7 septembre sur Europe 1, l’ancienne secrétaire d’État aux Droits de l’Homme, d’origine sénégalaise.

>> Lire aussi : "Christiane Taubira : le racisme est une "pathologie profonde qui mine la démocratie" française"

"Il n’y pas d’images en général. Moi, je ne me suis jamais plainte de ce genre de choses mais j’ai déjà reçu, régulièrement, des lettres avec des dessins de singe", confie-t-elle. "Première réaction, je déchire et je jette à la poubelle", ajoute-t-elle. Et de conclure : "Je suis responsable politique, mon rôle c’est d’avancer, de mener des combats qui font honneur à notre pays, c’est-à-dire pour une forme de fraternité. C’est peut-être naïf mais c’est la base de la cohésion sociale."

>> Lire aussi : ""Carnets du pouvoir" de Rama Yade : les confessions d’une ancienne "Sarko-girl""

Mercredi, dans un entretien paru dans Libération, la garde des Sceaux française avait regretté le peu de voix qui s’étaient élevées contre les attaques perpétrées à son encontre. "Il faut rappeler que le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit", avait-elle également tenu à rappeler avant d’ajouter : "Mais on ne peut pas demander à la seule justice de réparer les pathologies profondes qui minent la démocratie". "Des millions de personnes sont mises en cause quand on me traite de guenon. Des millions de gamines savent qu’on peut les traiter de guenons dans les cours de récréation !", expliquait encore la ministre d’origine guyanaise.
 


EXTRAIT – Yade : "Je reçois des lettres avec… par Europe1fr

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer