Politique

Tchad : Idriss Déby Itno nomme un nouveau Premier ministre, Kalzeubet Pahimi Deubet

Mis à jour le 21 novembre 2013 à 15:25

Menacé par une motion de censure, Joseph Djimrangar Dadnadji a préféré prendre les devants en présentant jeudi sa démission du poste de Premier ministre. Le chef de l’État, Idriss Déby Itno, a nommé à sa place Kalzeubet Pahimi Deubet, un économiste.

Mis à jour le 22/11 à 08h15.

"Le 21 janvier, il vous a plu de m’appeler à vos côtés, dans la haute charge de Premier ministre, chef du gouvernement. Vous m’avez donné tous les moyens pour traduire dans les faits le programme politique sur lequel le peuple vous a élu (…). En dépit de la confiance que vous continuez à m’accorder, les relations avec cette majorité, couronnées par une motion de censure, s’oppose à la poursuite de ma mission. Tirant les conséquences de  cette crise, je vous présente ma démission ainsi que celle de mon gouvernement", écrit Joseph Djimrangar Dadnadji dans une lettre à Idriss Déby Itno, qui a été lue à télé nationale peu après 13h30.

>> Lire aussi le portrait du nouveau Premier ministre, Kalzeubet Pahimi Deubet

Avant de rendre le tablier, le Premier ministre a bataillé fort. Jusqu’à jeudi matin, quand il franchissait les portes des bureaux du chef de l’État, il affichait une détermination et promettait "un cours de sciences politique" aux élus avec qui il avait rendez-vous le lendemain dans le cadre de la motion de censure initiée contre son gouvernement par 74 députés de son propre camp.

Divergences au sein du MPS

C’est sans doute au cours de cette rencontre qu’Idriss Déby Itno l’a convaincu de rendre le tablier, histoire de ne pas mettre sur la place publique les divergences au sein du MPS, le parti au pouvoir. La veille, il avait rencontré la direction du parti qui lui avait donné deux alternatives. Démissionner pour éviter le grand déballage ou choisir d’aller à l’hémicycle avec le risque de se faire humilier. Dadnadji a choisi la deuxième option quitte à boire le calice jusqu’à lie…

À l’origine de la crise, une motion de censure initiée par la majorité qui reprochait à Dadnadji  une instabilité gouvernementale chronique (cinq remaniements en dix mois), la non résolution de la vie chère, les arrestations des députés sans respect de leur immunité et une mauvaise gestion de la carte scolaire. En début de soirée, Idriss Déby Itno a nommé un nouveau Premier ministre, Kalzeubet Pahimi Deubet, president directeur general de la Cotontchad. Celui-ci a déjà occupé plusieurs ministères (Fonction publique, Communication), ou le poste de secrétaire general du gouvernement.

>> À lire aussi : Gouvernement tchadien : le "coming out" de Daoussa Déby Itno, monsieur Frère