Politique

La France va accroître le nombre de ses soldats en Centrafrique

François Hollande a annoncé jeudi que la France allait « augmenter sensiblement » le nombre de ses soldats en Centrafrique. En attendant, une délégation diplomatique française entreprend à partir de ce vendredi une tournée africaine pour évoquer la situation sécuritaire dans le pays, jugée « extrêmement grave ».

Par
Mis à jour le 22 novembre 2013 à 08:47

Un légionnaire français en patrouille à Bangui, en juillet 2007. © AFP

Soulignant que la situation était "extrêmement grave" en Centrafrique, François Hollande, le président français, a indiqué, le 20 novembre, que "la France qui a déjà 400 hommes sur place pour sécuriser notamment l’aéroport (de Bangui) et protéger ses ressortissants est prête à accompagner" le processus que les Nations unies sont sur le point d’engager.

"Selon la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et selon la participation des contingents africains", la France "s’apprête à augmenter sensiblement [son] contingent", a-t-il précisé sur le perron de l’Élysée, au côté de son homologue guinéen, Alpha Condé, à l’issue d’un entretien."

"Conflits religieux"

Dans quelques jours, une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies permettra aux Africains et à la communauté internationale d’agir", a-t-il rappelé. "Des massacres ont déjà eu lieu, des exactions se sont produites, il y a même des conflits religieux qui sont en train d’apparaître", a fait valoir le chef de l’État français, relevant qu’il s’agissait "d’accompagner les Africains pour qu’ils assurent eux-mêmes leur sécurité".

>> Lire aussi "Laurent Fabius : la Centrafrique est "au bord du génocide’"

Pour François Hollande "il n’y a pas de temps à perdre". La situation de la Centrafrique, a-t-il poursuivi, sera "au cœur des discussions" pendant le sommet de l’Élysée qui réunira une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement africains les 6 et 7 décembre à Paris. Selon les informations de Jeune Afrique, la France pourrait envoyer 800 soldats supplémentaires sur le terrain pour atteindre un total de 1 200.

Délégations françaises tous azimuts

En attendant, une délégation diplomatique française se rend de vendredi à lundi à Bangui, à Addis-Abeba au siège de l’Union africaine ainsi qu’au Tchad, au Cameroun et au Congo-Brazzaville, trois pays voisins de la Centrafrique, pour évoquer la situation dans ce pays, a indiqué jeudi une source diplomatique française.

La délégation, conduite par Alexandre Ziegler, le directeur de cabinet du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, comprend des fonctionnaires du Quai d’Orsay ainsi que du ministère de la Défense.

De son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend vendredi à Libreville pour parler de la crise centrafricaine avec les autorités gabonaises.

(Avec AFP)