Société

France : Rachida Dati dénonce le « racisme » d’un ancien conseiller de Brice Hortefeux

Mardi, Rachida Dati a accusé de racisme Geoffroy Didier, cofondateur de la Droite forte, un courant du parti de Nicolas Sarkozy, l’UMP. Celui-ci, qui dément, aurait déclaré à propos de l’ancienne ministre de la Justice : « Cette fille aurait dû voler des mobylettes dans la banlieue de Chalon ».

Mis à jour le 27 novembre 2013 à 14:09

Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice, sous Nicolas Sarkozy. © AFP

L’UMP n’avait sans doute pas besoin de ça. Le parti de l’ancien président Nicolas Sarkozy, tiraillé par la guéguerre opposant Jean-François Copé et François Fillon, a vu s’ouvrir un nouveau front, mardi 26 novembre, entre deux membres pourtant tous deux copéistes : Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice, et Geoffroy Didier, peu connu, mais cofondateur du courant La Droite forte.

L’ancienne Garde des Sceaux a accusé, lors d’un entretien à La Chaîne Parlementaire (LCP), Geoffroy Didier de "racisme". En cause : des propos controversés prêtés à l’ancien conseiller de Brice Hortefeux au ministère de l’Intérieur. Dans le livre "Rachida ne meurt jamais", de la journaliste de Paris Match, Elisabeth Chavelet, Geoffroy Didier, qui a démenti, aurait ainsi déclaré : "Cette fille aurait dû voler des mobylettes dans la banlieue de Chalon."


Rachida Dati : "Ce qu’a dit Geoffroy Didier c… par LCP

"Vous savez qui l’a créé ? Brice Hortefeux."

"Cette phrase n’est pas anodine, c’est du racisme, c’est une infraction pénale", a réagi Rachida Dati, ajoutant : "Ces réflexions qui ne sont pas des réflexions ne me font pas rire". Elle égratigne au passage Brice Hortefeux, avec qui elle reste en très mauvais termes, en expliquant ne pas être étonnée par la sortie de Geoffroy Didier : "Vous savez qui l’a créé ? Brice Hortefeux."

"La banalisation ne vient pas des Français, elle vient de cette élite politique qui ne supporte pas que certains ou certaines puissent accéder à des responsabilités. (…) Moi je cumule beaucoup de handicaps de ce point de vue-là", a également confié l’ancienne ministre. À l’UMP, même entre copéistes, on tire à vue.

Lire aussi >> "Christiane Taubira et les chiens de la République"

_________________

Par Mathieu OLIVIER