Politique

Rama Yade, figure de proue de l’UDI aux élections européennes ?

Mis à jour le 5 décembre 2013 à 11:00

L’avenir politique de Rama Yade pourrait se jouer… à Bruxelles. Alors que son nom avait circulé autour d’une candidature parisienne, l’ancienne secrétaire d’État aux Droits de l’homme a annoncé à Jeune Afrique, le 5 décembre, que Jean-Louis Borloo, président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), lui avait proposé le poste de « représentante nationale du parti pour les élections européennes » qui se tiendront en 2014.

Actuellement fonctionnaire au Sénat et travaillant à la création d’une fondation pour la scolarisation des enfants, Rama Yade pourrait rebondir politiquement lors des élections européennes de 2014. La vice-présidente de l’UDI ferme en tout cas la porte à des ambitions locales, notamment pour les municipales à Paris, que d’aucuns lui avaient prêtées.

"Jean-Louis Borloo m’a proposé d’être la représentante nationale du parti pour les élections européennes", a-t-elle révélé à Jeune Afrique, lors d’un entretien le 5 décembre. "L’Europe est l’ADN de l’UDI, qui veut une confrontation totale avec le Front national lors du scrutin européen", a-t-elle ajouté, fustigeant le parti de Marine Le Pen.

"Un parti politique pour les vingt prochaines années"

"On oublie souvent que l’une des missions historiques confiées à la droite est d’être un rempart contre l’extrême droite. (…) Il faut arrêter de croire que c’est en épousant les idées du FN qu’on va s’en sortir", explique-t-elle avant d’ajouter : "Je rappelle quand même qu’il y a à peine un an, Marine Le Pen se trouvait à Vienne dans un bal néonazi !"

Avouant toutefois n’être pas toujours "tout-à-fait à l’aise" dans une alliance centriste tiraillée entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo, elle s’en prend surtout à son ancienne formation, l’UMP : "L’UDI a été conçue comme une réponse à la droitisation de l’UMP. J’ai envie que ça marche. Ma génération a besoin d’un parti politique pour les vingt prochaines années."

Retrouvez la totalité de l’entretien prochainement dans Jeune Afrique.

Lire aussi >> "Rama Yade ou Dallas à l’Élysée"

_________________

Par Mathieu OLIVIER