Médias

Deux journalistes d’Al-Jazira arrêtés par la police égyptienne

Les bureaux de la chaîne au Caire, le 30 janiver 2011.

Les bureaux de la chaîne au Caire, le 30 janiver 2011. © AFP

Deux reporters de la chaîne Al-Jazira ont été arrêtés par les autorités égyptiennes. Ils sont soupçonnés d’avoir diffusé illégalement des informations portant atteinte à la « sécurité nationale », a annoncé, lundi, le ministère de l’Intérieur.

Des officiers de la Sécurité nationale égyptienne ont arrêté deux journalistes de la chaîne Al-Jazira et ont confisqué leur matériel, a expliqué, le 30 décembre, le ministère de l’Intérieur. Ces journalistes "ont diffusé en direct des informations portant atteinte à la sécurité nationale", dit ce le communiqué, ajoutant qu’ils avaient été trouvés en possession de "publications" des Frères musulmans.

Le texte ne donne pas l’identité des deux journalistes, indiquant seulement que l’un est "membre" de la confrérie du président Mohamed Morsi destitué par l’armée et l’autre de nationalité australienne. Selon l’antenne anglophone d’Al-Jazira, il s’agit du chef du bureau du Caire, Mohamed Adel Fahmy, et de l’Australien Peter Greste. La chaîne ajoute qu’avec eux sont retenus le producteur Baher Mohamed et le caméraman Mohamed Fawzi.

Peter Greste, un ancien journaliste de la BBC, a remporté le prix Peabody en 2011 pour un documentaire sur la Somalie. Mohamed Adel Fahmy, qui a travaillé pour CNN, est un journaliste renommé au Caire, sans lien connu avec Frères musulmans.

"Organisation terroriste"

Ces arrestations surviennent quelques jours après que les autorités ont déclaré la confrérie "organisation terroriste". Quiconque est trouvé en possession de publications ou d’enregistrements diffusés par les Frères musulmans est désormais passible de peines allant jusqu’à cinq ans de prison.

Les autorités installées début juillet par l’armée après l’éviction du premier président élu démocratiquement d’Égypte accusent Al-Jazira de soutenir les Frères musulmans. Plusieurs journalistes de la chaîne qatarie sont en détention, dont Abdallah Elshami, arrêté le 14 août alors qu’il couvrait la dispersion dans un bain de sang de rassemblements pro-Morsi au Caire.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte