Politique

Après les tensions de Ghardaïa, Abdelaziz Bouteflika appelle au calme et au dialogue

| Par Jeune Afrique
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. © AFP

Après les affrontements intercommunautaires ayant fait plusieurs dizaines de blessés la semaine dernière dans la région de Ghardaïa (Sud), le président algérien Abdelaziz Bouteflika a appelé, lundi, à faire prévaloir les valeurs de tolérance et de dialogue.

Dans un communiqué publié lundi 30 décembre à l’issue du second conseil des ministres de l’année, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a plaidé pour un retour au calme alors que la tension entre jeunes chaâmbis (arabes) et ceux de la minorité mozabite s’est considérablement accrue ces derniers mois dans la région de Ghardaïa, à 600 km au sud d’Alger.

Une quarantaine de policiers figurent parmi les blessés a indiqué la presse. Ils ont fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour calmer la situation alors qu’une dizaine de commerces de mozabites avaient été incendiés, pillés ou saccagés.

En fin de semaine, un calme précaire était revenu dans la région. Mais le Premier ministre Abdelmalek Sellal devrait annoncer une initiative pour tenter d’apaiser les tensions.

Dans son communiqué, le président a souligné "la nécessité de faire prévaloir les valeurs de tolérance, de concorde et de dialogue que prône notre religion ainsi que les vertus séculaires de solidarité et d’unité qui constituent le fondement de notre société".

Abdelaziz Bouteflika, qui a repris lentement ses fonctions à la tête de l’État après un AVC ayant nécessité 80 jours d’hospitalisation en France cette année, a affirmé que "chaque Algérienne et Algérien est tenu de faire prévaloir, en toutes circonstances, les principes d’amour et de respect du prochain".

>> À lire aussi : quand "Le petit journal" décrypte les images d’Abdelaziz Bouteflika diffusées à la télévision

"Voie du progrès"

Le président algérien a insisté sur la mission des pouvoirs publics "de poursuivre l’édification d’un État fort et stable afin de promouvoir une économie productive et compétitive, et d’être en permanence à l’écoute des citoyens".

"Notre pays est en train d’accomplir un bond qualitatif sur la voie du progrès et de la croissance durable. L’envergure des projets réalisés et l’importance des moyens engagés ont sensiblement amélioré le quotidien des Algériennes et des Algériens", a-t-il assuré.

"Cette oeuvre de renouveau ne saurait s’accommoder, de la part de nos responsables, d’attitudes passives ou de relâchement", a-t-il aussi indiqué.

Le président avait auparavant signé la loi de finances 2014, qui prévoit de renforcer le secteur industriel afin de diminuer la dépendance du pays envers les hydrocarbures.

Âgé de 76 ans et aux rênes du pouvoir depuis 14 ans, Abdelaziz Bouteflika a annoncé que de nombreux programmes de développement devraient voir le jour en 2014, mais n’a toujours pas dit s’il comptait briguer un quatrième mandat en avril.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer