Racisme

France : mariée à Jamel Debbouze, Mélissa Theuriau subit le racisme depuis cinq ans

| Par
Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau.

Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau. © AFP

Pudique, la journaliste française Mélissa Theuriau ne s’exprime que rarement sur sa vie privée avec Jamel Debbouze. Mariée à l’humoriste d’origine marocaine depuis 2008, elle explique cependant, dans une interview accordée à « Paris Match » cette semaine, être victime de racisme, quasi chaque semaine.

En cinq ans de mariage avec Jamel Debbouze, Mélissa Theuriau a appris à s’y faire. Mais la blessure semble encore bien présente. "Quasi chaque semaine, on m’écrit que je fais honte à la France d’avoir épousé un handicapé arabe qui ne sait pas aligner deux mots de français et qui, de toute façon, va crever bientôt. (…)", confie-t-elle, dans un entretien publié dans le magazine Paris Match cette semaine.

>> Lire aussi : "Christiane Taubira : le racisme est une "pathologie profonde qui mine la démocratie" française"

"Je n’en ai pas dormi au début de notre mariage. Aujourd’hui, je fais moins attention", explique encore l’ancienne présentatrice de "Zone Interdite". "Lui [Jamel Debbouze] dit que la France n’est pas raciste. Je ne suis pas de son avis. Je subis le racisme de celle qui a choisi cet homme. Et ce choix dérange", ajoute-t-elle. Lors de la polémique ayant entouré les attaques contre la ministre de la Justice Christiane Taubira, il y a quelques mois, Jamel Debbouze avait affirmé qu’il ne trouvait pas la France raciste mais qu’il y avait "des racistes en France". Une nuance que ne semble pas entièrement partager son épouse.

>> Lire aussi : "Rama Yade : "J’ai reçu régulièrement des lettres avec des dessins de singe""

______

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer