Politique

Guinée : le bureau de l’Assemblée nationale enfin mis en place

| Par Jeune Afrique
Claude Kory Koundiano, président de l’Assemblée nationale guinéenne.

Claude Kory Koundiano, président de l'Assemblée nationale guinéenne. © AFP

Les onze membres qui composent le bureau de la nouvelle Assemblée nationale guinéenne ont été élus, jeudi, à l’issue de débats houleux autour de la candidature de l’ancien Premier ministre Jean-Marie Doré au poste de vice-président, réservé à l’opposition.

Au total, neuf des membres du bureau sont issus du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG, parti du président Alpha Condé) ou de ses alliés, les deux autres sont de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo) et de l’Union des forces républicaines (UFR, de Sidya Touré, autre ténor de l’opposition). Le bureau de la nouvelle Assemblée nationale guinéenne a ainsi été installé, le 16 janvier, après plusieurs jours des débats houleux entre la majorité et l’opposition.

Le cas Jean-Marie Doré

Les travaux butaient notamment sur un désaccord sur la candidature pour un des quatre postes de vice-présidents, réservé à l’opposition. La majorité avait proposé la candidature de l’ex-Premier ministre de transition Jean-Marie Doré, qui a livré bataille il y a quelques mois avec les ténors de l’opposition pour la transparence des législatives organisées le 28 septembre, mais se déclare centriste et n’est membre d’aucun groupe parlementaire.

La proposition avait été rejetée par l’opposition qui le soupçonne de "jouer le jeu du pouvoir". Le ton était monté entre les différents camps, les opposants avaient quitté la salle en signe de protestation, et le président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Koundiano, désigné le 13 janvier, avait suspendu les travaux.

Finalement, la candidature de Jean-Marie Doré a été écartée, le poste de 3e vice-président est allé à Abdoulaye Diouma Diallo de l’UFDG.

Les autres vice-présidents sont Saloum Cissé et Lounceny Fofana du RPG, qui sont 1er et 2e vice-présidents, ainsi que Mamadou Salim Bah, de l’Union pour le progrès et le renouveau (UPR, majorité), qui est 4e vice-président.

>> Lire aussi Législatives guinéennes : l’opposition met de l’eau dans son bissap.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer