Politique

Burkina Faso : le CDP contre-attaque en créant un « Front républicain »

| Écrit par Pierre Mareczko, à Ouagadougou
Le président burkinabè, Blaise Compaoré.

Le président burkinabè, Blaise Compaoré. © AFP

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, au pouvoir) a dévoilé jeudi la création d’un « Front républicain » composé d’une quarantaine de partis minoritaires au Burkina.

Mis à jour le 24/01 à 10h34.

Il aura donc fallu attendre cinq jours après la journée nationale de protestation organisée par l’opposition, le 18 janvier dernier, pour voir le CDP répliquer. Depuis la salle de conférence du luxueux hôtel Splendid à Ouagadougou, Assimi Kouanda, le secrétaire exécutif national du parti, a annoncé jeudi 23 janvier au matin la création d’un "outil de partenariat politique et de collaboration" baptisé Front républicain.

>> Lire aussi : Burkina Faso : "Blaise Compaoré doit partir"

Rassemblée autour du CDP, la quarantaine de partis qui compose cette nouvelle coalition a pour but "le renforcement de la démocratie, la défense des principes républicains et la préservation de la paix sociale". Parmi tous ces différents partis pour la plupart très minoritaires, certains comme l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), le Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF) ou le Parti indépendant du Burkina (PIB) se réclament de l’opposition "réformiste" mais ne sont pas affiliés au bureau du Chef de file de l’opposition (CFOP), Zéphirin Diabré.

L’ADF RDA va-t-il rejoindre l’opposition ?

En réalité, ces partis semblent, pour la plupart, se situer sur une ligne politique quasiment identique à celle du CDP. "La Constitution n’a pas verrouillé la révision de l’article 37", assure ainsi Hermann Yaméogo, président de l’UNDD. Pour l’heure, la liste complète n’a pas encore été communiquée mais les plus importants tels l’UNDD, le RDEBF, le PIB ou l’Union pour la République (UPR) sont tous favorables à l’organisation d’un referendum sur la question de la révision de l’article 37.

L’Alliance pour la démocratie et la Fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) n’a en revanche pas adhéré à la nouvelle coalition. "Nous ne sommes pas partisans du dialogue entre copains. Les partis qui ont rejoint ce Front républicain sont tous d’accord ; nous aurions souhaité un cadre de dialogue bien plus large", explique le député Zacharia Tiemtoré, porte-parole du parti. Lequel prendra sous-peu, ajoute-t-il, des "décisions décisives" (sic)…

Le but de ce Front républicain est une bonne occasion pour le CDP de "reprendre la main" face au risque de voir l’opposition politique se renforcer dangereusement. Samedi 25 janvier, les cadres qui ont récemment démissionné du CDP – Roch Marc Christian Kaboré, Salif Diallo et Simon Compaoré –  annonceront la création d’un nouveau parti politique. Même si ceux-ci étaient présents lors de la journée du 18 janvier, nul ne sait encore s’ils choisiront de se ranger aux côtés des 45 partis affiliés au CFOP ou s’ils souhaiteront conserver leur indépendance.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer