Politique

Côte d’Ivoire : la presse s’interroge sur une possible libération de Simone Gbagbo

Simone Gbagbo à Abidjan, le 27 mars 2011.

Simone Gbagbo à Abidjan, le 27 mars 2011. © AFP

Simone Gbagbo a été entendue mardi par la justice ivoirienne. Son audition doit se poursuivre jusqu'à vendredi mais déjà, certains journaux pensent que l'ex-Première dame pourrait être libérée. Revue de presse.

C’est la première audition de Simone Gbagbo depuis que la Côte d’Ivoire a officiellement décidé que l’épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo serait jugée par les juridictions du pays. Mardi 4 février, elle a été entendue par le procureur du tribunal d’Abidjan-Plateau, Adou Richard Christophe et le doyen des juges d’instruction, dans le but de confirmer ou non les charges qui pèsent contre elle, précise le quotidien Le Patriote.

Lire aussi >> Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, messie malgré lui ?

Si rien n’a encore filtré de ces auditions, qui doivent durer jusque vendredi 7 février à Odienné, la presse ivoirienne se fait, mercredi 5 février, largement l’écho de ce nouvel épisode judiciaire. "Mme Gbagbo auditionnée hier", titre sobrebment en une Fraternité Matin, imité par les quotidiens Le Démocrate, L’Expression ou encore Le Patriote. Le journal pro-Gbagbo Notre Voie déplore quant à lui "six heures d’audition pour un dossier vide", tandis que Le Jour décrit une ancienne Première dame "en larmes" à l’issue de l’interrogatoire.

Rumeurs sur une mise en liberté

Surtout, nombre de journaux croient savoir que cette procédure judiciaire signifie un pas de plus vers une mise en liberté conditionnelle de l’épouse de Laurent Gbagbo. "Vers la libération de Simone Gbagbo", titre ainsi Le Mandat, qui se targue d’expliquer "ce qui a tout déclenché". "Les tractations ont commencé hier" renchérit Le Temps, qui estime que "le pouvoir", "acculé de toutes parts", "veut libérer Simone Gbagbo".

Lire aussi >> Simone Gbagbo ou l’ivresse des sommets

Rien, cependant, ne permet d’étayer la rumeur. "Nous sommes dans un contexte où le pouvoir joue la carte de l’apaisement et de la décrispation, mais il faut rester prudent", explique Fero Bi Bali, journaliste indépendant et ancien directeur-adjoint de la rédaction de Fraternité Matin. "C’est comme si une brèche s’était ouverte, depuis la libération récente de dix officiers pro-Gbagbo, et il est possible qu’on puisse envisager [la libération de Simone Gbagbo]", ajoute-t-il, prudent, "mais il est encore trop tôt". Et de conclure : "Nous sommes dans un environnement où chaque camp joue la pression pour espérer obtenir quelque chose".

>> Participez au débat sur notre page Facebook :

 

 

>> Quelques unes de la presse ivoirienne du 5 février 2014 :

      

        

      

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte