Justice

Élections au Kenya : prime time

Des millions de téléspectateurs ont suivi, le 11 février, le tout premier débat présidentiel de l’histoire du Kenya. Huits candidats au scrutin prévu le 4 mars ont discuté sur les principales questions de la vie politique du pays. Aucun incident majeur n’a été signalé. Les politiciens se sont engagés à ne pas reproduire les mêmes erreurs qui ont conduit aux violences postélectorales de 2007.

C’était une première dans l’histoire du Kenya. Un show à l’américaine, retransmis par plus de quarante chaînes de télévision et de stations de radio, et suivi par plusieurs millions de personnes… Le 11 février au soir, les huit candidats à l’élection présidentielle du 4 mars ont débattu en direct, et ce fut, à en croire Linus Kaikai, l’un des deux journalistes modérateurs (qui avaient été choisis via Facebook, Twitter et par SMS), un immense succès.

>> Lire aussi "Elections au Kenya : un "geek" à la présidence ?"

Sur le plateau pourtant, les interventions – limitées dans le temps – ont été plutôt convenues. Ni incident ni déclarations enflammées. Tous les candidats ont promis que les violences postélectorales de la fin 2007 (près de 1 200 morts) ne se reproduiraient pas. 

Parmi les favoris à la succession de Mwai Kibaki, deux poids lourds de la scène politique locale : le Premier ministre Raila Odinga, 67 ans, et son vice-Premier ministre, Uhuru Kenyatta, 51 ans. Mais ce dernier (tout comme son colistier, William Ruto) est accusé de crimes contre l’humanité pour son rôle dans les affrontements d’il y a cinq ans. Son procès doit s’ouvrir le 10 avril devant la Cour pénale internationale (CPI), c’est-à-dire en plein processus électoral. Face aux caméras, Raila Odinga ne s’était pas privé de faire remarquer que « gouverner par Skype depuis La Haye [allait] poser de sérieuses difficultés ».

Quelques jours plus tôt, la France et la Grande-Bretagne avaient annoncé qu’elles n’auraient que des contacts limités avec un président inculpé par la CPI. Le ministre kényan des Affaires étrangères, Sam Ongeri, a réagi en faisant part de son « extrême mécontentement ».

____________________

Par Anne Kappès-Grangé (@AKappesG)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte