Politique

Nicole Okala Bilaï

Élue (Centre), RDPC

Son père, Charles Okala, fut sénateur en France de 1947 à 1955 (sous la IVe République). Pourtant, l’élection au Sénat de Nicole Okala, 64 ans, doit peu à son patronyme. Mannequin, actrice, restauratrice, membre fondateur du Groupement des femmes d’affaires du Cameroun (GFAC), elle a essayé de tracer sa route loin de la politique, avant de céder en 1985 à l’atavisme familial. Elle entre alors au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Mais, après six ans passés en son sein, elle démissionne pour créer son propre parti, l’Union sociale camerounaise, qu’elle fait fusionner quelque temps plus tard avec l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDP, majorité)… avant de tout quitter pour revenir à la case départ, le RDPC, qui l’a fait élire maire de Mbangasina (Centre).

Retour au sommaire du dossier

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte