Politique

Deuil national de trois jours en Algérie après un terrible crash aérien

Une partie de la carlingue d'un Hercules C-130 qui s'est écrasé au-dessus du Mont Fortas. © AFP

Un deuil national de trois jours débute ce mercredi en Algérie après le crash d'un avion militaire qui a fait 77 morts dans l'est du pays. Un seul passager a survécu.

C’est l’une des pires catastrophes aériennes de l’Histoire en Algérie. Mardi 11 février, un avion militaire s’est écrasé dans l’est du pays, faisant 77 morts. "Le crash a fait 77 victimes et un rescapé, grièvement blessé, a été transféré à l’hôpital militaire régional de Constantine", a indiqué le ministère algérien de la Défense dans un communiqué. Un survivant, souffrant d’un traumatisme crânien, a été découvert par la protection civile. L’avion transportait 74 passagers et quatre membres d’équipage.

Selon un bilan de la protection civile, 76 corps, dont ceux de quatre femmes, avaient été récupérés par les secouristes en début de soirée. L’avion, un Hercules C-130, qui assurait la liaison entre la préfecture de Tamanrasset (2 000 km au sud d’Alger) et Constantine (450 km à l’est d’Alger), transportait des militaires et des familles de militaires. L’appareil s’est écrasé alors qu’il survolait le mont Fortas, dans la wilaya d’Oum El Bouaghi (500 km à l’est d’Alger), vers 12h00 heure locale.

Orage et chutes de neige

La télévision a diffusé des images des lieux montrant la carcasse de l’appareil reposant dans un environnement désert, rocailleux et vert, au milieu d’une zone montagneuse. "Les conditions météorologiques très défavorables avec un orage accompagné de chutes de neige seraient à l’origine de ce crash", a expliqué le ministère de la Défense. Un haut responsable militaire, le colonel Lahmadi Bouguern, a lui fait état à l’agence APS de fortes rafales de vents depuis quelques jours dans cette région. Le crash se serait produit au moment des manœuvres d’approche vers l’aéroport de Constantine.

Près de 250 secouristes de la protection civile se sont rendus sur le site de l’accident, rendu difficile d’accès en raison du mauvais temps et de l’escarpement du lieu.

Deuil national décrété par Abdelaziz Bouteflika

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété trois jours de deuil national et a présenté ses condoléances aux familles des victimes. "Les soldats qui ont péri dans le crash de l’avion militaire sont des martyrs du devoir, aussi nous décrétons un deuil national de trois jours à partir de mercredi", a écrit le président Bouteflika dans un message de condoléances diffusé par l’APS. Le président a également décidé que "la journée de vendredi sera consacrée au recueillement à leur mémoire". Le vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, devait prochainement se rendre sur les lieux.

Une commission d’enquête a par ailleurs été créée et envoyée sur place pour "déterminer les causes et les circonstances exactes de ce tragique accident", selon le communiqué de la Défense. De son côté, le site du journal francophone El Watan affirme qu’une des deux boîtes noires a été retrouvée.

Le précédent accident le plus meurtrier remonte à mars 2003. Un Boeing 737-200 de la compagnie publique algérienne Air Algérie avait fait 102 morts et un blessé en s’écrasant peu après son décollage de Tamanrasset.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte